Les scandales sexuels se multiplient à la mairie de Paris

·1 min de lecture

Alors que l'ancien adjoint à la culture Christophe Girard doit revenir à la mairie de Paris, l'élu communiste Maxime Cochard vient d'être accusé de viol par un militant. En quelques mois, quatre affaires de mœurs ont impliqué l'entourage d'Anne Hidalgo.

Un enchevêtrement de scandales sexuels n'est pas exactement le meilleur tremplin pour se lancer dans la course à la présidentielle. Anne Hidalgo, à qui l'on prête de plus en plus des ambitions élyséennes, doit gérer depuis sa réélection à la mairie de Paris une accumulation d'affaires sordides qui perturbent considérablement la gestion de la capitale.Un nouveau rebondissement s'est produit ce jeudi 21 janvier avec une nouvelle mise en cause, la quatrième en six mois. Maxime Cochard, un élu communiste du 14e arrondissement, a été accusé de viol par un étudiant, également membre du PCF, Guillaume T.. Les faits présumés remonteraient à octobre 2018 : " Après plus de 2 ans sans savoir mettre les mots sur ce qui m'est arrivé, je me rends compte que j'ai été violé par Maxime Cochard, conseiller de Paris et son compagnon Victor Laby en Octobre 2018 alors que je n'avais que 18 ans et étais particulièrement vulnérable ", écrit-il, accusant les deux hommes d'avoir " profité de [sa] jeunesse, de [sa] naïveté, (...) de leurs responsabilités au sein du PCF pour avoir des relations sexuelles non consenties avec [lui] ".Maxime Cochard se défendMaxime Cochard, âgé de 36 ans, a réagi en dénonçant une " accusation totalement fausse "...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex