Scandale sexuel à l'Université de Californie : plusieurs femmes accusent un gynécologue de viol

·2 min de lecture

L’Université de Californie a accepté de passer un accord d’une valeur de 73 millions de dollars avec la justice dans une affaire d’abus sexuels.

L’Université de Californie est au cœur d’un scandale sexuel. Lundi, elle a accepté de passer un accord avec la justice, d’une valeur de 73 millions de dollars qui devront être remis aux victimes une fois qu’il sera officiellement approuvé par le juge fédéral, rapporte CNN. Sept femmes accusent James Heaps, un ancien gynécologue obstétricien de l’Université, d’abus sexuels. Il a travaillé à temps partiel comme gynécologue au centre de santé étudiant de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) entre 1983 à 2010 puis a été embauché par UCLA Health en 2014. C’est en juin 2019 qu’il a été interpellé après avoir été accusé par deux anciennes patientes d’agressions sexuelles en 2017 et 2018, pour lesquelles il a plaidé non coupable.

L’action en justice menée par les sept femmes a été faite dans le cadre d’un recours collectif. Par conséquent, plus de 6600 de ses patientes pourront toucher une partie de l’argent, mêmes celles qui n’ont pas porté d’accusations contre lui. Cet argent sera distribué de 2500 à 250 000 dollars. «Selon nous, toutes les femmes ont été mises en danger et mérite une compensation», a déclaré l’une des avocates des victimes. Mais c’est au final un panel d'experts qui décidera du montant de la rémunération de chaque patiente en fonction de son expérience.

"Cela n’implique aucune admission de culpabilité"

Les plaignantes ont expliqué que l’homme avait notamment fait des commentaires sexuellement inappropriés lors de visites médicales, qu’il avait touché des femmes pendant des examens sans porter de gants et simuler des rapports sexuels avec une sonde à ultrasons. «Le docteur Heaps maintient son innocence depuis la première accusation et cet accord passé ne change rien. Cela n’implique aucune(...)


Lire la suite sur Paris Match