Scandale Pegasus : Emmanuel Macron n'a pas été ciblé, affirme NSO

·1 min de lecture
L'un des numéros de portable du chef de l'État a été sélectionné en 2019 par les services de renseignements marocains pour une éventuelle infection par le logiciel espion Pegasus.
L'un des numéros de portable du chef de l'État a été sélectionné en 2019 par les services de renseignements marocains pour une éventuelle infection par le logiciel espion Pegasus.

Dans la tourmente après le scandale Pegasus, NSO réagit. Un haut responsable du géant israélien de cybersécurité a soutenu, mercredi 21 juillet, que le président français Emmanuel Macron n'avait pas été ciblé par son logiciel controversé Pegasus, au cour d'un scandale mondial d'espionnage qui a poussé l'ONG Reporters sans frontières à demander un moratoire sur ses ventes.

Chaïm Gelfand, un haut responsable du groupe, a de son côté déclaré à la chaîne I24 news, basée à Tel-Aviv : « Je peux vous affirmer avec certitude que le président Macron n'était pas une cible ». « Il y a certains cas qui ont été révélés, qui nous gênent », a-t-il ajouté. Mardi 20 juillet, France Info et 16 autres médias ont indiqué qu?Emmanuel Macron faisait partie des cibles du Maroc. L?un des numéros de portable du chef de l?État a été sélectionné en 2019 par les services de renseignements marocains pour une éventuelle infection par le logiciel espion développé par la société NSO.

Plusieurs ministres, dont Édouard Philippe, également visés

Plusieurs numéros appartenant à des membres de l?entourage d?Emmanuel Macron, comme son ancien chef de la sécurité, Alexandre Benalla, ont également été sélectionnés comme cibles potentielles par les services marocains. De son côté, Le Monde souligne que les numéros de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe et de 14 autres ministres, dont Jean-Yves Le Drian, Christophe Castaner, Gérald Darmanin, Bruno Le Maire ou François de Rugy, étaient égalemen [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles