Scandale du Mediator : les laboratoires Servier condamnés au terme d'un marathon judiciaire

·1 min de lecture

Les consommateurs trompés. Ce lundi, le tribunal de Paris a reconnu les laboratoires Servier coupables de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires" dans le procès du scandale du Mediator. Les juges ont estimé que les laboratoires n'avaient pas pris les mesures qui s'imposaient "malgré la connaissance qu'ils avaient des risques encourus depuis de très nombreuses années" liés à la prise de ce médicament. Le groupe pharmaceutique a toutefois été relaxé du délit d'"escroquerie". Dans son réquisitoire, la procureure Aude Le Guilcher avait dénoncé des "choix cyniques" de l'entreprise qui a privilégié ses "intérêts financiers" à la santé des patients.

Lire aussi - Jugement hors norme au procès Médiator : "La preuve que le lanceur d'alerte n'est pas un délateur"

Amendes et prison avec sursis. Le groupe a été condamné à payer 2,7 millions d'euros d'amende. Jean-Philippe Seta, l'ex-numéro deux de la firme pharmaceutique a lui été condamné à quatre ans d'emprisonnement avec sursis ainsi que 90.600 euros d'amende. Quatre anciens cadres et experts des autorités de santé étaient, quant à eux, accusés de "conflits d'intérêts" avec Servier et ont été condamnés à de la prison avec sursis et des amendes. Cinq autres personnes ont été relaxées dans ce volet. Enfin, les manquements de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), le "gendarme du médicament", ont été sanctionnés de 303.000 euros d'amende pour "homicides et blessures involontaires" par négligence.

Pro...


Lire la suite sur LeJDD