Scandale des maisons pour mères célibataires en Irlande : "Les excuses du Premier ministre n'ont guère de sens"

·1 min de lecture

Mercredi 13 janvier, devant le parlement à Dublin, le Premier ministre Michael Martin a présenté les excuses de l’État irlandais concernant la mort de 9 000 enfants pauvres ou nés hors mariage sur les 57 000 placés entre 1925 et 1961 dans plusieurs orphelinats catholiques du pays. L'une des survivantes, Mari Steed, aujourd'hui aux Etats-Unis, témoigne de son combat.

" L'Etat vous a laissé tomber ". Mercredi 13 janvier, le Premier ministre irlandais, Micheal Martin, a présenté les excuses officielles du pays pour les abus subis durant des décennies par les pensionnaires des " maisons mère et enfant ". Après six ans de recherches initiées grâce à l’action de plusieurs associations de familles et d’anciens pensionnaires, le rapport d’enquête parlementaire a conclu que ces orphelins étaient morts de maltraitance et de négligences. Mais pas seulement. Les investigations ont aussi démontré que 7 essais de vaccins contraires à toute éthique médicale avaient été menés dans ces pensionnats catholiques entre 1934 et 1973.En 2014, des éléments indiquaient déjà que la Welcome Fundation qui allait bientôt devenir le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline (GSK) aurait été l’auteur de ces tests sur au moins 123 enfants placés dans ces maisons dont 58 pour la seule année 1960-1961 du côté de Bessborough-Cork. Parmi ces enfants-cobayes, Mari Steed, recueillie dans une des maisons de l’Ordre du Sacré-Coeur, vit aujourd’hui à Philadelphie aux Etats-Unis. C’est en faisant des...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Près de Perpignan, des élèves de CM2 regardaient du porno : les raisons d'un scandale"

Individualisme, scandales médicamenteux, crainte d'effets secondaires : vaccin, les racines de la méfiance

Émission de CO2 des voitures hybrides : "Le scandale serait de continuer à subventionner les constructeurs"

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

"T’en fais pas, j’suis là", "Scandale", "Bronx" : ce qui se regarde à la télé cette semaine