Scandale dans les Ehpad : après Orpea, Medicharme se retrouve dans la tourmente à son tour

Fort de ses 1 300 salariés, Medicharme héberge plus de 2 000 retraités. Depuis quelque temps, ce groupe d’Ehpad privés se retrouve pourtant dans la ligne de mire du gouvernement. Comme son concurrent Orpea, le numéro 1 du secteur, Medicharme fait face à des allégations de maltraitance envers ses résidents, ainsi qu'à des questions concernant la gestion de ses subventions publiques, révèle Le Parisien ce jeudi 26 octobre. Avec un taux d'occupation en chute libre (actuellement autour de 82 %) dans ses quarante-trois établissements, l'entreprise est en cessation de paiements depuis la fin de 2022.

Deux enquêtes distinctes ont été lancées à son encontre, l'une menée par l'Inspection générale des finances (IGF) et l'autre par l'Inspection générale des affaires sociales (Igas). «Nous attendons un double rapport début 2024», a expliqué à nos confrères un membre du cabinet d’Aurore Bergé, la ministre en charge des Solidarités et des Familles. Pour l'heure, les deux investigations ont mis en lumière des enjeux à la fois sanitaires et financiers dans la gestion de l'entreprise, mettant notamment en cause des excédents de dotation qui auraient été versés par l’ARS de Nouvelle-Aquitaine à un Ehpad dans les Deux-Sèvres entre 2022 et 2023.

Même le fondateur et ancien président de Medicharme, Patrick Boulard, ne mâche plus ses mots à propos du groupe. Pour lui, si Medicharme est «le plus mauvais élève de la classe», il est aussi «le premier d’une longue liste», a-t-il balancé lors d’une conférence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Meta : son nouveau réseau social Threads compte déjà près de 100 millions d’utilisateurs
Meta : son nouveau réseau social Threads compte déjà près de 100 millions d’utilisateurs
CAC 40 : la Bourse de Paris ouvre à la hausse, dans l'attente de la publication d'un indicateur d'inflation aux États-Unis
CAC 40 : la Bourse de Paris ouvre à la hausse, dans l'attente de la publication d'un indicateur d'inflation aux États-Unis
Cdiscount : la filiale de Casino n’intéresse plus du tout Fnac Darty