Scandale autour d’Eva Kaili : la présidente du Parlement européen promet des mesures contre la corruption

© John THYS / AFP

C’est sans aucun doute une enquête qui va faire tache dans l’histoire du Parlement européen. Eva Kaili , vice-présidente grecque des socialistes et démocrates à l’assemblée, a été inculpée courant décembre, avec trois autres personnes, pour « appartenance à une organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption ». Elle est notamment soupçonnée d’avoir perçu de l’argent du Qatar afin de prendre des positions en faveur de Doha. Lors des perquisitions, les enquêteurs ont mis la main sur un million et demi d'euros en petites coupures.

Lire aussi - « La corruption au Parlement européen n'est pas inéluctable », estime l'eurodéputée LFI Leïla Chaibi

Près d’un mois après ce scandale retentissant, la présidente du Parlement européen , Roberta Metsola, a affiché sa volonté de redorer le blason de l’instance en promettant des mesures contre la corruption et l’ingérence de puissances étrangères. Lors d’une prise de parole dans l’hémicycle, elle a souligné que « les événements du mois écoulé ont démontré la nécessité de rebâtir les liens de confiance avec les citoyens européens que nous représentons ». Elle a aussi détaillé une première salve de mesures.

Parmi ces premières étapes, elle a déclaré vouloir restreindre l’accès du Parlement européen aux anciens élus, qui jusqu'à présent gardaient porte ouverte. Tous les intervenants extérieurs seront aussi enregistrés dans un registre de transparence. L’ensemble des cadeaux, voyages ou rencontres des eurodéputés dans le cadre de leu...


Lire la suite sur LeJDD