Les scénarios pour le Brexit après le désaveu de Boris Johnson

Lucie Oriol
Boris Johnson a essuyé un sérieux désaveu au Parlement britannique.

ROYAUME-UNI - “Je ne négocierai pas de report avec l’UE”. C’est avec cette déclaration que le Premier ministre britannique Boris Johnson a commenté le vote des députés britanniques ce samedi 19 octobre.

La Chambre des Communes a de fait reporté un quelconque vote sur l’accord de sortie négocié avec Bruxelles, en approuvant par 322 voix contre 306 l’amendement porté par Oliver Letwin. Ce dernier, en vertu du Benn Act, force le gouvernement à demander à l’UE un nouveau report avant 23h ce samedi soir afin de permettre de préparer les textes d’application entourant l’accord de sortie. L’amendement Letwin permet ainsi d’éviter tout Brexit sans accord. 

Dans un premier temps, Boris Johnson a répondu au vote en assurant qu’il n’avait nullement l’intention d’écrire à Bruxelles et que la loi ne l’y obligeait pas. “Un nouveau report serait mauvais pour ce pays, mauvais pour l’Union européenne et mauvais pour la démocratie”, a-t-il ajouté, promettant de présenter dès “la semaine prochaine” la législation nécessaire à la mise en application du Brexit.

Mais dans la soirée, le Premier ministre britannique a légèrement changé son fusil d’épaule après que Donald Tusk président du Conseil européen (instance représentant les Etats membres de l’UE), a signifié que la balle était dans le camp du Premier ministre britannique, dans un tweet concis.

Résultat, selon des sources européennes de l’AFP, Boris Johnson a assuré à Donald Tusk qu’une lettre partirait ce samedi soir. Cette dernière devrait donc demander un nouveau délai. 

La balle renvoyée à Bruxelles ?

En l’état, Bruxelles n’a pas dit clairement si un délai serait accordé au Royaume-Uni. Angela Merkel estimait que cela serait inévitable si l’accord n’était pas approuvé, alors qu’Emmanuel Macron a fait savoir ce samedi qu’un “délai supplémentaire n’est dans l’intérêt de personne”.

Rien n’oblige les 27 autres dirigeants de l’UE à répondre immédiatement mais nul doute que la réponse sera discutée ces prochains jours puisque les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post