Quand la scène à Avignon exorcise les démons du Bataclan

"Les morts vivent un peu en toi": au Festival d'Avignon, deux pièces fondées sur des histoires de rescapés de l'attaque terroriste contre le Bataclan sont une véritable ode au pouvoir guérisseur de l'écriture et de l'amour.

La comédienne Fanny Chasseloup et son mari étaient dans la salle de concert le soir du 13 novembre 2015. Un an plus tard, cette rescapée noircissait des pages pour soulager son coeur, mais hésite à les rendre publiques.

"J'avais trop de blocages et trop peur que les familles pensent que j'instrumentalisais mon récit", affirme à l'AFP la comédienne aujourd'hui âgée de 38 ans et dont le mari a survécu à ses blessures.

"J'ai ensuite rencontré (la metteuse en scène et réalisatrice, NDLR) Ariane Mnouchkine. Je lui ai dit que je n'avais pas le droit d'écrire tout ça. Elle m'a répondu: +Tu n'as pas le droit, tu as le devoir+. Ca m'a complètement débloquée", se rappelle-t-elle.

- S'éloigner du simple témoignage -

Le résultat est "Les Vivants", pièce qu'elle a créée dans le "off" d'Avignon en 2021 et reprise cette année dans le même festival.

Un spectacle coup de poing où l'on suit Mousse (Julie Cavanna) et Léo (Benjamin Brénière), un couple insouciant, amoureux et fan de rock'n'roll, qui décide d'aller au fatidique concert des Eagles of Death Metal.

On voit Mousse danser, comme en transe, lorsqu'on entend le son des tirs: Léo est grièvement blessé, elle se réfugie dans les toilettes avec d'autres.

Alors qu'elle résistait jusqu'à présent à l'idée de tomber enceinte, c'est là où elle a un désir violent d'enfant, "un désir qui était enfoui", explique l'autrice.

Le metteur en scène Jean-Philippe Daguerre, lauréat de plusieurs Molière qui a monté le spectacle, l'encourage à développer la partie de "l'avant-Bataclan" pour mettre en avant la force de l'amour face à la brutalité de la mort.

Mais c'est surtout quand elle introduit dans la pièce un personnage masqué, qui incarne son traumatisme, qu'elle comprend qu'elle a pris assez de recul pour pouvoir en faire une pièce.

"J'ai pu jouer avec mes sentiments et m'éloigner du simple témoignage", explique Fanny Chasseloup, qui alterne humour et émotion lors de ses visites à l'hôpital où Léo sombre dans un coma ou encore chez son psychanalyste.

"Il y a des spectateurs qui ont vécu des traumas difficiles dans leur vie mais qui m'ont dit: +J'ai l'impression qu'on me parlait+. Il n'y a que le théâtre qui peut transcender les choses comme ça", ajoute la comédienne, aujourd'hui mère de deux enfants.

- "Se raccrocher à la vie" -

Avoir été "au mauvais endroit au mauvais moment", c'est ce qu'a connu également Erwan Larher. Il est l'auteur de "Le livre que je ne voulais pas écrire", adapté par Pierre Azéma et Alex Metzinger, qui joue le rôle principal, également dans le "off".

La pièce, appelée "13", raconte le processus de reconstruction d'Erwan par l'écriture, après avoir été blessé au Bataclan.

Le personnage, accompagné en live par de la musique rock jouée par Pauline Gardel, est hanté par la posture dans laquelle il s'est trouvé, en chien de fusil, quand il a été touché aux fesses.

"Faire le mort ou il va t'achever d'une balle dans la tête. Suspension du temps. Tu es calme. Tu dois faire le mort. Inerte. Caillou. Survivre. Inerte comme un caillou", répète-t-il.

Hanté également par cette personne qui l'agrippe par le mollet pendant longtemps. "Tu le ressens d'instinct comme un geste de fraternité désespérée. (...) Cette personne se raccroche à toi. A la vie".

Hanté enfin par des questions pragmatiques: "vais-je rebander un jour?".

Ses amis le pressent d'écrire ("Tu dois raconter!") et le bombardent de questions: "As-tu eu peur pendant ces moments passés au sol dans cette putain de salle de concert ? Peur de quoi ? Peur pour qui ? As-tu un seul instant pensé à la mort"?

La salvation vient grâce à l'écriture, à son osthéopathe qui lui recommande de lâcher prise et à son retour, enfin, dans une salle de concert.

ram/mch/bow

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles