Tout savoir sur le vaccin contre la variole du singe

POOL/AFP/Archives - ALAIN JOCARD

Mécanisme vaccinal, protection fournie, production et répartition des stocks : le point sur le vaccin contre la variole du singe.

Conçu contre une maladie cousine, le vaccin contre la variole du singe est utilisé pour protéger les plus à risque face à la propagation de la maladie hors des zones endémiques. Le point sur son fonctionnement et son efficacité.

Quel vaccin ?

C'est un vaccin contre la variole humaine, maladie mortelle éradiquée en 1980, qui est utilisé actuellement contre la variole du singe. Ces deux virus font partie de la famille des "orthopoxvirus". Le sérum utilise un troisième virus de cette famille, proche génétiquement, celui de la vaccine.

La vaccine, inoffensive chez l'Homme, a permis au 18e siècle au médecin britannique Edward Jenner d'élaborer le principe même de la vaccination (et de créer le premier vaccin anti-variolique) : éduquer le système immunitaire en confrontant l'organisme à un virus voisin de celui à combattre.

"Il y a une homologie de 90 à 95% des protéines virales impliquées entre les virus de la variole et de la variole du singe. Donc prendre un vaccin très proche pour le bloquer est une stratégie qui a fait ses preuves", déclare Olivier Schwartz, responsable de l'unité virus et immunité à l'Institut Pasteur.

Le vaccin actuel, fabriqué sur culture cellulaire et non plus sur animal, est dit de "troisième génération car il a été amélioré par rapport aux deux précédentes pour limiter les effets secondaires", précise Yannick Simonin, maître de conférences à l'Université de Montpellier, spécialiste des virus émergents.

Quelle protection ?

L’infection par la variole confère une protection croisée contre le virus cousin de la variole du singe, un mécanisme similaire avec le vaccin anti-variole face à la variole du singe. S'il n'y a pas encore de données à large échelle, des éléments épidémiologiques passés et des tests en laboratoire font anticiper une efficacité forte du vaccin anti-variolique actuel face à la variole du singe. "Le chiffre de protection vaccinale de 85% date d’études des années 1980-1990 sur le terrain au Zaïre et est assez approximatif", note O[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles