Savigny-le-Temple : la Maison des handicapés met en place des permanences pour les sourds et malentendants

Marie-Charlotte Dutheil
Savigny-le-Temple, le 18 avril. Fred Roura anime les permanences réservées aux personnes sourdes et malentendantes, à la Maison départementale des personnes handicapées

Un accueil ciblé a lieu tous les jeudis après-midi à la MDPH, depuis mars. Un dispositif que la structure espère étendre à d’autres handicaps dans les mois à venir.


C’est une première que la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), située à Savigny-le-Temple, espère voir prendre de l’ampleur dans les mois à venir. Chargées de l’accueil et de l’accompagnement des personnes handicapées et de leurs proches, la structure a récemment mis en place une permanence d’accueil hebdomadaire exclusivement dédiée aux personnes sourdes et malentendantes.

« Nous en accueillons 10 à 20 chaque mois, sur les 1 250 qui se présentent à notre guichet. Certains de nos agents maîtrisent la langue des signes et sont donc capables de répondre à leurs questions, mais uniquement concernant les thématiques relevant des missions de la MDPH, explique sa directrice adjointe, Sylvia Baudin. Ces personnes exprimaient parfois des besoins auxquels nous n’étions pas capables de répondre. C’est pour cela que nous avons demandé à l’Aris (NDLR : Association régionale pour l’intégration des sourds) d’intervenir chez nous une fois par semaine. »

LIRE AUSSI > Savigny-le-Temple : la Maison des handicapés tente de réduire ses délais de traitement

Créée en 1996, constituée de professionnels sourds et entendants, cette association est susceptible d’accompagner les personnes sourdes dans toutes leurs activités quotidiennes.

Une autre permanence prévue à Chelles

« Celles, qui viennent nous voir ici, nous demandent souvent des contacts d’associations spécialisées, des renseignements sur la façon dont elles peuvent se rendre d’un endroit à l’autre, ou bien où est-ce qu’elles peuvent passer le code et le permis, détaille Fred Roura, médiateur de l’Aris. Elles viennent aussi parfois vérifier ou se faire réexpliquer des choses, qui leur ont été dites à l’accueil. Elles ont davantage confiance en moi car je suis sourd moi-même. »

Si, depuis sa mise en place, le 14 mars dernier, la permanence n’a vu se (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Chauconin-Neufmontiers : les policiers payent le café au centre commercial
Melun - Rubelles : il faudra trouver 30 M€ pour déplacer le centre de détention
Jouy-sur-Morin : les ArjoWiggins se cherchent toujours un avenir
Le village de Coupvray lance ses journées touristiques et gourmandes
Seine-et-Marne : une mère et son fils ligotés et dévalisés par des cambrioleurs