"Si vous saviez comme je m'en fous !" : cet avis bien tranché de Jean Castex

·1 min de lecture

Le dernier baromètre Ifop pour Paris Match révèle qu’il y a 50% d’opinions favorables envers Emmanuel Macron. De son côté, Jean Castex est apprécié à 48% par les Français. Des résultats en hausse par rapport au dernier sondage réalisé. Pourtant, s’il a toutes les raisons de se réjouir de ces chiffres, le Premier ministre n’en a que faire. Comme l’annonce Le Parisien, ce mercredi 17 février, ce dernier précise en privé qu’il "ne regarde jamais les courbes de popularité". "Si vous saviez comment je m’en fous !", ajoute-t-il fréquemment en dehors des caméras.

Du côté de l’Elysée, on fait "zéro commentaire". "On travaille, on travaille", répond simplement un proche du président de la République, comme le rapportent nos confrères. La dernière fois qu’Emmanuel Macron a connu un niveau d’adhésion aussi élevé, c’était lors du printemps 2018. Le Premier ministre de son côté gagne trois points de plus concernant l’opinion des Français, par rapport au dernier sondage. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’un indicateur fixe pour l’élection présidentielle de 2022. Un spécialiste des baromètres de l’exécutif estime pour sa part que "s’il y a eu des mesures parfois impopulaires face à la crise, les Français perçoivent qu’on le fait pour l’intérêt général. Ils adhèrent à notre capacité à prendre les décisions, même si elles sont difficiles".

De plus, selon un proche d’Emmanuel Macron, le fait d’avoir renoncé à un troisième confinement semble avoir joué en la faveur du président. "L’air de rien, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Meghan Markle et Harry : pourquoi leur interview avec Oprah Winfrey s'annonce comme un pétard mouillé
Jean Rochefort en manque de reconnaissance ? Les confidences de sa fille Clémence
La santé de Juan Carlos surveillée de près : ce visiteur très particulier à Abu Dhabi
VIDÉO - "Des propos diffamatoires" : la réponse de Gérald Darmanin à Sandrine Rousseau
"Connards du conseil scientifique" : cette insulte entendue au "sommet de l'État"