Le saviez-vous ? Marine Le Pen et ses sœurs ont échappé à un attentat le soir de la Toussaint

·1 min de lecture

Ils s’en souviendront toute leur vie. Dans la nuit du 1er au 2 novembre 1976, la famille Le Pen a été victime d’un attentat dans leur appartement situé 9, villa Poirier, dans le XVe arrondissement de Paris, se souvient Olivier Beaumont, dans son livre Dans l'enfer de Montretout (ed. Flammarion). À l’intérieur du logement, se trouvait toute la famille, dont l’actuelle présidente du Rassemblement National, alors âgée de 8 ans, et ses deux soeurs Yann et Marie-Coline, qui avaient respectivement 13 et 16 ans.

Soufflés par plus de cinq kilos de dynamite, c’est une douzaine d’appartements dont celui des Le Pen qui ont été ravagés ce soir-là. Heureusement le bilan est léger, seulement six blessés légers, « dont un nourrisson tombé du cinquième et qui s'en sort avec un bras cassé », note Challenges qui a repéré l’extrait. Cette attaque est formelle: elle avait pour but d’atteindre le Président du Front National, contesté parmi ses opposants politiques. C’est raté. Jean-Marie Le Pen s’en sort bien vivant et sans blessure.

Si toute la famille et le voisinage ont été bouleversés par cette soirée traumatisante, tant par le souffle de l’explosion, que par les dégâts qu’ils ont découvert une fois que chacun a repris ses esprits, seul un homme ne semblait pas être atteint par cet attentat : Jean-Marie Le Pen. Challenge raconte, à travers Olivier Beaumont, que le premier son premier réflexe après l'explosion "[n’a pas été] de savoir si les siens sont encore en vie, mais de ramasser la télé tombée (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le prince Charles a déclaré avoir “vécu dangereusement” en admettant publiquement son adultère
PHOTO - Aude (L’amour est dans le pré) a perdu 30 kg : la touchante raison de sa perte de poids
Stars à nu : des Miss France, une chanteuse, des comédiens… Le casting de la saison 2 dévoilé
Coronavirus : nouveau coup dur pour Sylvie Tellier et le comité Miss France
Carla Bruni et Nicolas Sarkozy : ce gros couac à leur mariage