"Je savais que je prenais des risques, mais qu’avais-je à perdre ?" Carlos Ghosn dans un entretien exclusif accordé au magazine "13h15 le dimanche" sur France 2

France 2
·1 min de lecture

Carlos Ghosn, ancien PDG de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui a atteint en 2017 la première place mondiale parmi les constructeurs automobiles, foule le tarmac de l’aéroport de Beyrouth, le 30 décembre 2019, après une évasion rocambolesque du Japon. Il s’est enfui la veille du Japon, caché au fond d’une malle embarquée successsivement dans deux jets privés, après avoir été arrêté en novembre 2016. Le grand patron passe trois mois en prison, au centre de détention de Tokyo avant d’être placé en résidence surveillée dans l’attente de son procès, suspecté par la justice nippone de malversations financières.

C’est au Liban que l’ex-manager retrouve son épouse Carole, tous les deux sous le coup d’une notice rouge d’Interpol émise par le Japon, c’est-à-dire un mandat d’arrêt international. Carlos Ghosn y a accordé un entretien exclusif au magazine "13H15 le dimanche" (replay). Alors, qui a tout organisé ? "C’est moi ! Pour réussir un truc comme ça, il faut être seul. Il faut le faire de manière très confidentielle, faire des plans simples. Et comme ils sont simples, ils sont un peu audacieux. Je savais que je prenais des risques, mais qu’avais-je franchement à perdre ? Vous ne pouvez pas prendre des décisions comme ça sans risques."

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi