« Sauvez-nous » : le message de près de 800 prisonniers infectés par le Covid-19 à Séoul

·2 min de lecture

En Corée du Sud, le gouvernement affronte les critiques alors que les cas de Covid-19 s'accumulent dans une prison de l'est de la capitale. Près de 800 personnes, dont une vaste majorité de détenus et 21 fonctionnaires du centre ont été infectés.

De notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

« Sauvez-nous », pouvait-on lire sur des pancartes brandies par des détenus à travers les grilles du centre pénitentiaire de Dongbu dans l'est de la capitale sud-coréenne ce mardi .

792 personnes y ont été contaminées par le coronavirus, ce qui en fait le deuxième plus important foyer d'infections depuis le début de l'épidémie. Selon de nombreux observateurs, le gouvernement a sa part de responsabilité dans la percée du virus. Les prisonniers, massés dans des petites cellules ne disposent d’aucune activité extérieure, et n’auraient pas eu de masques à disposition avant le 1er cas, le 27 novembre. De plus, les autorités ont mis 20 jours à débuter le dépistage massif des détenus.

Le Premier ministre Chung Se Kyun s'est dit désolé pour ses infections massives au centre de détention géré directement par le gouvernement alors qu’un détenu est décédé dans un hôpital ce dimanche 27 décembre. 80 prisonniers se seraient présentés devant les tribunaux jusqu'à la mi-décembre, ce qui fait craindre l’extension du cluster. Le gouvernement et les autorités municipales se rejettent la responsabilité quant à ce foyer d’infection.

Le transfert de plus de la moitié des détenus testés positifs a été organisé, mais le chiffre des contaminations pourrait tout de même augmenter et ternir davantage l’image d’exemple sanitaire que cherche à promouvoir le gouvernement sud-coréen. Les autorités en sont si fières qu’elles ont fait déposer l’appellation auprès de l’organisation internationale de normalisation.

►À lire aussi: Corée du Sud: malgré les restrictions sanitaires, un record de contaminations au Covid-19