Sauvetage en mer : 2018, année record pour les opérations de la SNSM

Nicolas Berrod (avec Stanislas de Livonnière et Victor Alexandre)
Cette vedette de la SNSM s’est retournée quelques minutes après la prise de cette photo, causant la mort de trois sauveteurs présents à bord, le 7 juin 2019

Les sauveteurs en mer sont intervenus près de 9000 fois l’an dernier, portant secours à plus de 35 000 personnes.


Le drame des Sables-d’Olonne a mis sous le feu des projecteurs les sauveteurs en mer, qui interviennent bénévolement tout au long de l’année. Et ils sont de plus en plus sollicités, alors qu’Emmanuel Macron doit rendre ce jeudi un hommage national aux trois des leurs qui sont décédés vendredi dernier.


LIRE AUSSI > « Aider, c’était dans leur ADN » : les sauveteurs tués aux Sables-d’Olonne racontés par leurs proches

Selon les rapports annuels de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) que nous avons décortiqués, leur nombre d’interventions a bondi de 4867 en 2013 à 8891 l’an dernier. Si on ne prend en compte que les « sauveteurs embarqués » qui interviennent au large (c’est-à-dire à une distance des côtes supérieure à 300 m et jusqu’à 20 milles nautiques, soit environ 37 km), on est passé de 3372 à 3974 actions en cinq ans. Le reste des interventions sont effectuées près du littoral par des « nageurs sauveteurs », qui peuvent par exemple utiliser l’un des 463 jet-skis ou canots pneumatiques de la SNSM.



Même augmentation du côté du nombre de personnes secourues. 25 446 ont été prises en charge en 2015 et 35 399 en 2018, selon les chiffres consolidés que l’association nous a fournis (on ne retient pas les chiffres de 2013 et de 2014, qui sont beaucoup plus bas, car la méthodologie de comptage a évolué en 2015, NDLR). Environ un tiers de ce total, soit 10 538 personnes, ont été secourues au large l’an dernier.



« Il faut multiplier ces campagnes de sensibilisation »

Pour limiter cette augmentation du nombre d’interventions, la SNSM organise régulièrement de nombreuses actions de prévention auprès du grand public : démonstrations des mesures de sécurité, distributions de fascicules ludiques à destination des enfants, discussions avec les plaisanciers, etc. « Il faut multiplier ces campagnes de sensibilisation aux bonnes pratiques pour éviter de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Grève des urgences : les solutions des professionnels de santé face à la crise
EuroMillions : «J’ai gagné 32 millions mais je n’en fais pas tout un plat !»
Loto, EuroMillions : deux destins de grands gagnants
Bac 2019 : certaines copies seront corrigées sur ordinateur
Notre-Dame de Paris : une messe célébrée samedi avec une trentaine de personnes