Le sauvetage d’un moine thaïlandais coincé dans une grotte fait écho à celui des jeunes joueurs de football

Des équipes de secours étaient aujourd’hui à la recherche d’un moine bouddhiste pris au piège à l’intérieur d’une grotte, scénario qui fait écho aux jeunes footballeurs de l’équipe « Wild Boars ». Phra Manut, 46 ans, a été aperçu pour la dernière fois le 2 avril, lorsque des habitants lui ont apporté à manger dans une grotte où il méditait dans la province de Phitsanulok, dans le centre de la Thaïlande. Certains moines du temple ont toutefois commencé à s’inquiéter et ont appelé les urgences suite aux fortes pluies qui ont frappé la région et entraîné d’importantes chutes d’eau le long de la montagne dimanche (4 avril). Trente sauveteurs volontaires ont rapidement rejoint la grotte et quatre plongeurs sont entrés à l’intérieur. Une autre équipe était chargée de surveiller le niveau de l’eau, mais s’aventurer trop profondément à l’intérieur de la zone s’est avéré trop risqué. Le chef de l’opération de sauvetage Vitaya Muangsuk a déclaré : « L’entrée de la grotte est en forme de col de cygne de 400 mètres de long et 12 mètres de large, avec un bassin de quatre mètres de profondeur. L’équipe a dû traverser cette zone pour atteindre le moine qui devait être à 600 mètres de là. Le courant dans la grotte était très fort, et nous ne pouvions pas plonger trop profondément alors que le niveau de l’eau ne cessait de monter. Nous avons dû nous retirer et réfléchir à un nouveau plan. L’étape suivante consistait à drainer l’eau et à prévoir de l’électricité pour les pompes, les lumières et les dispositifs de communication pour faciliter la mission de sauvetage ». Phra Manut, également connu sous le nom de Ajarn Nut, se rendait dans la grotte de Phra Sai Ngam pour méditer dans le cadre de son pèlerinage religieux annuel depuis quelques années déjà. Il ignorait toutefois que des tempêtes de pluie étaient prévues ce mois-ci. Il aurait alors été pris au piège, incapable de quitter la grotte suite à la montée des eaux. L’opération de sauvetage était également interrompue dès que l’eau se remettait à tomber, la Thaïlande étant régulièrement sous la pluie depuis quelques jours. Le chef de district Paramet Saengsawang a déclaré : « Une bouteille d’oxygène ne suffisait pas pour rejoindre l’autre côté de la grotte, car les plongeurs devaient nager à contre-courant, ce qui prend plus de temps. La première équipe en charge d’étudier la zone a confié que l’eau était très sombre, que le niveau montait et que le courant était de plus en plus fort ». La grotte est un tunnel de deux kilomètres de long qui dispose de deux entrées, dont une sous l’eau. Pour la deuxième, un trou dans la grotte, il est nécessaire de grimper afin de pouvoir sortir. D’après les habitants du coin, les chemins à l’intérieur de la grotte forment un labyrinthe, empêchant certainement Phra Manut de trouver la sortie. Un moine a d’ailleurs perdu la vie à l’intérieur il y a deux ans. Cet incident fait écho au sauvetage de l’équipe de football des « Wild Boars », 12 garçons et leur entraîneur, qui avaient été pris au piège dans la grotte de Tham Luang dans la province de Chiang Rai pendant 17 jours du 23 juin au 10 juillet 2018. Finalement, ils avaient dû être équipés de masques respiratoires complets et mis sous calmant avant d’être enfin libérés. L’ancien officier de la marine thaïlandaise Saman Kunan avait perdu la vie lors de cette opération de sauvetage.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles