La sauvegarde de l’emploi au cœur de discussions à l’Elysée

Accompagné de plusieurs ministres, le président Emmanuel Macron a reçu ce jeudi 4 juin organisations syndicales et patronales pour tenter de préserver l'emploi dans un contexte de fragilité économique extrême provoquée par la crise du coronavirus. Plusieurs annonces ont été faites.

La première mesure concerne les contrats d’apprentissage. Plus d’un milliard d’euros est mobilisé pour élargir les aides versées aux entreprises qui ont recours à ce type de contrats. Objectif : inciter les structures en difficulté à continuer d’embaucher de nouveaux apprentis, qui alternent période de cours et période de travail.

La deuxième mesure concerne le dispositif de chômage partiel financé par l’Etat. Parce qu’il ne peut pas durer éternellement – il a d’ailleurs déjà été légèrement amoindri –, la ministre du Travail Muriel Pénicaud annonce la création d’un nouveau dispositif d’« activité partielle longue durée ». Il permettrait d’éviter aux entreprises le dilemme « licencier ou mettre la clef sous la porte ». Côté salarié, la perte de revenus induite par cette baisse du temps de travail serait prise en charge par l’Etat.

Des discussions avec les organisations patronales et syndicales vont s’ouvrir dès lundi pour préciser les contours de ce dispositif. Des discussions seront également lancées sur l’accès à l’emploi des jeunes ou sur les questions de formation.

L’épineux dossier de l’assurance-chômage n’est pas oublié. Sa réforme, dont l’application a commencé avant d’être suspendue, est fustigée par les syndicats. Le président de la République, cité par sa ministre du Travail, serait prêt à « la revoir à l’aune du contexte actuel ». Annonces attendues d’ici l’été.