Un sauropode asiatique jusqu'alors inconnu découvert en Chine

·1 min de lecture

L‘animal vivait en Chine, il y a environ 155 millions d’années et ses restes découverts il y a 30 ans avaient été mal identifiés

Rhomaleopakhus turpanensis parcourait la Terre au Jurassique supérieur, il y a environ 155 millions d'années, dans ce qui est l'actuelle Chine. Ses restes ont été découverts il y a une trentaine d'années dans le bassin de Turpan, dans la région du Xinjiang. Mais ce n'est que tout récemment qu'une réanalyse de son fossile a permis de constater qu'il représentait une nouvelle espèce dotée de caractéristiques inconnues jusqu'ici chez les , ces dinosaures au long cou qui ont colonisé pratiquement toute la Terre.

Un avant au rugby !

"Cette nouvelle espèce a été formellement décrite comme un spécimen d'un autre dinosaure similaire appelé Hudiesaurus, mais elle présente un certain nombre de caractéristiques que l'on ne retrouve chez aucun autre sauropode", explique dans un communiqué Paul Barrett, du Muséum d'Histoire Naturelle de Londres. "Par exemple, il a sans doute les pattes les plus trapues de tous les sauropodes connus de cet âge...Si c'était un joueur de rugby, ce serait un avant".

Les dinosaures sauropodes se caractérisent par leur cou et leur queue très allongés, comme l'illustre le célèbre Diplodocus. Mais cette nouvelle espèce appartenait à une famille de sauropodes, les mamenchisauridés, qui ont poussé ces caractéristiques à l'extrême. Non seulement ces dinosaures sont équipés d'un cou contenant plus de vertèbres que les autres mais en plus chaque vertèbre est elle-même plus allongée que celles des autres sauropodes. À l'époque où ces dinosaures vivaient, la région qui allait devenir la Chine était une grande île continentale. C'est l'une des raisons pour lesquelles certains paléontologues pensent que les dinosaures qui s'y étaient établis étaient si distincts par rapport à ceux trouvés dans le reste du monde à cette époque.

Les os du sauropode retrouvés en Chine. Crédit : Upchurch et al.

Une marche plus efficace

Mais ce n'est pas le plus surprenant chez Rhomaleopakhus turpanensis : plus que la longueur, c'est la largeur et la taille des os retrouvés qui on[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles