Sartre, Claude François... Le clip parodique de l'Ukraine pour pousser la France à lui envoyer des chars Leclerc

Extrait du spot du ministère de la Défense ukrainien le 19 janvier 2023. - Capture d'écran
Extrait du spot du ministère de la Défense ukrainien le 19 janvier 2023. - Capture d'écran

Le moyen est pour le moins atypique. Désespérant de voir ses alliés lui envoyer les chars dont l'Ukraine a tant besoin, son ministère de la Défense a mis en ligne ce jeudi un spot humoristique pour moquer les hésitations françaises et encourager l'Hexagone à lui livrer des chars Leclerc.

Quel est le point commun entre Claude François, Jean-Paul Sartre et le char Leclerc ? Tous sont réunis dans un clip diffusé ce jeudi par le ministère de la Défense ukrainien sur Twitter. L'objectif, transparent, de ce spot est de pousser la France à cesser de tergiverser et à lui livrer des chars Leclerc pour l'aider à repousser l'envahisseur russe.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Balayer les hésitations

Il faut dire que mercredi, Sébastien Lecornu, ministre des Armées, a expliqué aux sénateurs que la France souhaitait expédier des blindés de reconnaissance AMX-10RC vers le front ukrainien mais hésite à fournir des chars Leclerc. Selon nos informations, l'Elysée envisage d'en envoyer, mais seulement un "nombre symbolique".

L'Ukraine, pourtant, a un besoin criant de tanks. En décembre dernier, le chef d'état-major des armées ukrainiennes, Valéri Zaloujny, en réclamait ainsi "300" pour damer le pion aux Russes.

Or, un mois plus tard, le pays ne voit rien venir, à l'exception de l'arrivée de 14 Challenger 2 britanniques, et attend toujours les Leopard 2 allemands comme les Leclerc français. Aussi le spot publié ce jeudi par le ministère de la Défense ukrainien a vocation à hâter l'envoi des précieux blindés.

Très "années 1960-1970"

Habillées d'une typographie, de couleurs et d'un grain évoquant les années 1960-1970, les images du clip se veulent une parodie de vidéo de promotion du "tout nouveau" char Leclerc ou plutôt "Leclerc supermini", surnom qui tend à présenter ce blindé lourd comme une citadine.

La référence aux "Trente glorieuses" ne s'arrête pas là. Ce clip de 45 secondes est accompagné par la voix de Claude François interprétant son Belle, Belle, Belle. Puis, une citation de l'écrivain Jean-Paul Sartre apparaît à l'écran fort à propos: "En ce qui concerne les chars d'assaut, je ne m'intéresse pas à ce qu'ils sont mais à ce qu'on pourrait en faire".

Manière pour le ministère de la Défense ukrainien d'accuser la France de s'empêtrer dans un excès de prudence. Le tweet est d'ailleurs surmonté de la légende suivante: "Les Occidentaux philosophent pour savoir ce qu'est un tank et ce qu'il n'est pas. Alors, nous aussi, bien sûr" (en français dans le texte).

"Compact", "sportif", "facile à garer"

La vidéo montre des chars Leclerc lors de défilés du 14-juillet, ou en pleine manoeuvre, sur fond de Tour Eiffel ou de Place de la Concorde, et égrène les qualités du tank sur un mode ironique: on le dit "compact", "sportif" et "facile à garer". La fausse publicité s'achève par cette blague appuyée : "Parce que ce n'est pas la taille qui compte, c'est la manière dont on s'en sert".

La parodie aura-t-elle raison des scrupules de l'exécutif ? En la matière, il est sans doute plus sûr de tabler sur les négociations entre l'Elysée et Kiev.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Est-ce qu’en livrant des armes, la France ou l’Europe seront menacées d’une riposte nucléaire ? Je ne crois pas"