Le SARS-CoV-2 pourrait faire aussi des dégâts cardiovasculaires

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique
1 / 2

Le SARS-CoV-2 pourrait faire aussi des dégâts cardiovasculaires

Selon une récente revue publiée dans le Journal of American Medicine Association, le nouveau coronavirus pourrait engendrer des effets néfastes sur le système cardiovasculaire.

On sait que la famille des coronavirus est connue pour affecter le système cardiovasculaire. Il était donc légitime d'étudier cet aspect concernant le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie du Covid-19. Une récente revue publiée dans le Journal of American Medicine Association (JAMA) nous aide à faire le point. 

L'inflammation en cause

Dans les cas sévères de Covid-19, ce n'est plus le virus à proprement parler qui laisse des séquelles ou tue le patient, mais c'est la cascade inflammatoire trop brutale de l'organisme. Au niveau cardiovasculaire, une forte sensibilité à la troponine (une protéine qui entre dans la construction des fibres musculaires, y compris celles du muscle cardiaque, pour gérer leur contraction) serait un facteur de risque. Selon cette revue, le syndrome respiratoire aigu sévère engendré par l'infection au SARS-CoV-2 semble affecter le myocarde et provoquer des myocardites. Des cas d'autopsie sporadiques suggèrent une infiltration du myocarde par des cellules inflammatoires.

Le Covid-19 pourrait engendrer des myocardites. © hriana, Adobe Stock

Des données anecdotiques

Certains cas cliniques et de données éparses confirment le fait que les dégâts cardiovasculaires causés par le SARS-CoV-2 sont bien réels. Ils sont parfois, la cause de la mort du patient. Bien sûr, le fait de souffrir d'une maladie cardiaque ou d'une faiblesse cardiovasculaire ne peut qu'aggraver la situation. Les auteurs suggèrent de mettre en place un registre prospectif des patients atteints de Covid-19 avec un enregistrement systématique des variables cliniques et des complications cardiovasculaires. En effet, cela pourrait être utile pour mieux identifier l'entièreté des complications cardiovasculaires afin de développer un modèle de risque de complications cardiaques et pour identifier ou prédire la réponse à divers traitements.

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :