Le SARS-CoV-2 est-il intelligent et diabolique ?

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique
·2 min de lecture

« Un virus diabolique et plus intelligent qu'on ne le pense ». Ces mots, ce sont ceux du président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, invité de l'émission BFMTVSD hier soir. Il tempère cette phrase d'un « entre-guillemets » juste après l'avoir prononcée, certainement pour évoquer le fait qu'on ne doit pas la prendre au pied de la lettre. Mais alors, qu'entendait-il réellement par cette formule ?

Un virus intelligent et diabolique ?

Au-delà de la personnification inadéquate pour se référer à un micro-organisme, faire appel à la notion d'intelligence, sous-entend une intentionnalité du SARS-CoV-2. Comme si, grâce à son intelligence supérieure aux autres virus, il avait la capacité de comprendre les actions que nous menons pour éviter sa propagation et agir en conséquence. De là, découle assez intuitivement le fait qu'il serait diabolique, étant donné que sa volonté de se répandre va engendrer une proportion non négligeable de séjours en réanimation ou de morts dans les populations touchées.

En réalité, cette sémantique semble clairement inappropriée pour retranscrire la capacité du virus à muter. Nous sommes clairement face à un abus de langage. Tous les virus mutent plus ou moins rapidement et de façon plus ou moins similaire. Il est normal qu'un virus mute au fur et à mesure qu'il se réplique. Et se faisant, il accumule des mutations et celles qui lui confèrent un avantage pour survire au sein d'un hôte persiste généralement. Un virus n'est, en réalité, qu'un amas de protéines et d'acides nucléiques. Il est erroné de lui attribuer une quelconque capacité à développer une stratégie consciente.

Le SARS-CoV-2 n'est pas un virus intelligent et diabolique. C'est un virus, comme un autre, ou presque. © Niaid, RML, Wikimedia Commons, Flickr, CC by-sa 2.0
Le SARS-CoV-2 n'est pas un virus intelligent et diabolique. C'est un virus, comme un autre, ou presque. © Niaid, RML, Wikimedia Commons, Flickr, CC by-sa 2.0

Les mutations sont la norme

De plus, les données concernant ces variants sont encore très préliminaires et issues de clusters spécifiques. Il est encore tôt pour affirmer de façon péremptoire qu'ils sont...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura