Sarkozy vote Macron et place ses pions à LR

Libération.fr

A quoi joue Nicolas Sarkozy ? Toujours très actif en coulisse, il abreuve de ses conseils les dirigeants de LR qu’il reçoit dans son bureau ou sollicite par téléphone. Présent mardi à la cérémonie d’hommage au policier assassiné Xavier Jugelé (lire page 18), il devrait, selon son entourage, prendre la parole ce mercredi, en tout cas avant le second tour. Il n’a pas souhaité participer lundi aux réunions de crise qui se sont enchaînées au siège du parti «pour ne pas laisser croire qu’il aurait l’ambition de jouer un rôle de premier plan», assure un proche.

Devant ses amis, il n’a pas caché sa consternation au lendemain de la défaite de Fillon. Sans doute savoure-t-il aussi le cocasse de cette situation : Macron, tombeur de celui qui avait mis en cause sa moralité, est un jeune ambitieux séducteur à qui beaucoup trouvent des traits communs avec le Sarkozy de 2007 !

Comme Fillon et Juppé, Sarkozy devrait dire qu’il a l’intention de voter Macron. Et préciser qu’il s’agit là d’une «décision personnelle». Il n’ira donc pas jusqu’à désavouer ses lieutenants Laurent Wauquiez, Eric Ciotti et François Baroin, qui ont exigé lundi que le bureau politique de LR ne formule pas d’appel explicite à voter Macron. «On ne peut pas donner un blanc-seing à Macron», explique un proche de l’ex-président. Brice Hortefeux résume d’une phrase la doctrine sarkozyste : chacun doit rester «libre de choisir sa façon de ne pas voter pour Marine Le Pen». Depuis dimanche, les fidèles de l’ex-chef de l’Etat s’activent pour reprendre les choses en main. Selon eux, Baroin aurait vocation à diriger la campagne législative, laissant au très droitier Wauquiez le soin de prendre la direction du parti. Perspective effarante pour les juppéistes, qui se sont réunis mardi soir, au resto Les Initiés à Paris, autour du maire de Bordeaux.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Paris Sit-in anti-FN devant le lycée Buffon
«Nous devons […] faire échec aux démarches d’exclusion et de haine.»
Hommage au policier tué sur les Champs : «Je t’aime, gardons la paix»
Dans le rétro 1988
Syndicats Tous appellent à battre Le Pen, sauf FO

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages