Sarkozy-Kadhafi : la vraie-fausse confession de Ziad Takieddine

En 2016, Ziad Takieddine s'était accusé d'avoir joué les porteurs de valises dans l'affaire des soupçons de financements libyens de la campagne de Nicolas Sarkozy. Mais cette confession, accordée à Mediapart, était peut-être moins spontanée qu'on ne l'a cru.

Ce fut un autre temps fort de l'enquête sur le prétendu financement libyen de Nicolas Sarkozy. A l'automne 2016, l'intermédiaire libanais Ziad Takieddine lançait une nouvelle charge contre l'ancien chef de l'Etat. Cette fois encore, c'est Mediapart qui en fut le vecteur. "Takieddine : 'J'ai remis trois valises d'argent libyen à Guéant et Sarkozy'", titrait le site le 15 novembre 2016. Suivait une longue interview (écrite et ­filmée) de l'homme d'affaires, présentée comme un "témoignage en forme d'aveu". Le moment n'était pas anodin : cette confession survenait deux jours avant un débat télévisé des candidats à la primaire de la droite, dans laquelle Sarkozy était en lice.

Lire aussi - EXCLUSIF. Sarkozy-Kadhafi, les coulisses d'une machination

Contredisant subitement ses ­explications précédentes, T­akieddine déclarait pour la première fois avoir été un acteur – et pas seulement un témoin – du financement occulte de la campagne de Sarkozy par le régime de Kadhafi. Il émaillait son propos de détails sur les dates et les lieux (qui se sont, pour la plupart, révélés inexacts). Surtout, l'article affirmait que son récit en recoupait un autre, livré précédemment par l'ancien bras droit de Kadhafi, Abdallah Senoussi, mais "dans le cadre d'une procédure secrète" devant la Cour pénale internationale (CPI) dont Takieddine ne pouvait donc avoir été informé.

Takieddine parle de son témoignage comme d'une "opération médiatique"

L'argument semblait fort : puisqu'il confirmait des informatio...


Lire la suite sur LeJDD