Sarkozy appelle à voter Fillon au premier tour

A cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a renouvelé mardi son soutien à François Fillon, seul à même selon lui de tourner la page de "cinq années désastreuses" et "d'éviter à la France le risque des extrêmes". /Photo d'archives//REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - A cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a renouvelé mardi son soutien à François Fillon, seul à même selon lui de tourner la page de "cinq années désastreuses" et "d'éviter à la France le risque des extrêmes".

L'ancien président, qui s'est retiré de l'avant-scène politique après sa défaite au premier tour de la primaire de la droite et du centre en novembre dernier, met en garde, dans un message vidéo, la droite contre la "maladie" de la division et appelle son camp à se rassembler dès dimanche prochain.

Nicolas Sarkozy, qui ne cache pas en privé son dépit face aux démêlés judiciaires de François Fillon, désormais disqualifié pour le second tour dans l'ensemble des sondages, avait déjà apporté son soutien au candidat le 7 avril dans une première vidéo postée sur Facebook et Twitter.

"Chacun doit être au clair avec ses responsabilités. Je veux dire clairement pourquoi je soutiendrai François Fillon : il a l'expérience, il a volonté, il a le projet qui permettra à la France d'assurer l'alternance avec les cinq années désastreuses que nous avons connues et éviter à la France le risque des extrêmes", souligne l'ancien chef de l'Etat.

Déjà le 7 avril, Nicolas Sarkozy déclarait que "François Fillon est le seul parmi les candidats à avoir l’expérience qui lui permettra d’incarner et de réussir l’alternance dont la France a tant besoin."

Il insiste mardi, dans une déclaration brève, voire minimale : "J'ai travaillé cinq ans avec François Fillon, il a été mon Premier ministre, je sais que nous pouvons lui faire confiance."

"Dimanche prochain, il faut se rassembler pour éviter cette maladie si fréquente à droite de la division", souligne-t-il.

"L'intérêt de la France impose à chacun d'entre nous de voter sans états d'âme pour François Fillon. C'est ce que je ferai. Ce choix, c'est un choix de conviction. Dimanche prochain je vous demande de vous rassembler derrière François Fillon", conclut l'ancien président.

Mais Nicolas Sarkozy n'évoque plus la candidature d'Emmanuel Macron, contrairement au 7 avril, que François Fillon qualifie pourtant de "danger" pour la France.

Le candidat de la droite, qui se dit convaincu d'accéder au second tour de la présidentielle malgré une campagne entravée par ses ennuis judiciaires, devait recevoir mercredi le soutien public d'Alain Juppé, héraut du centre-droit dont l'électorat s'est détourné pour partie du député de Paris, lors d'une visite à l'école 42 de Xavier Niel, à Paris.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages