"Sardine Ruisseau", un compte "parodique" ? Sandrine Rousseau dénonce du cyber-harcèlement

TÉLÉVISION - Invitée sur le plateau de Quotidien sur TMC ce mercredi 31 août, Sandrine Rousseau a notamment été lancée par Yann Barthès sur le compte Twitter parodique « Sardine Ruisseau », qui réunit près de 27 000 abonnés.

« Si je vous dis que ça me fait rigoler, est-ce que vous me répondez que je soutiens le harcèlement en ligne ? », lui demande ainsi le présentateur.

« Oui. En tous les cas, si vous likez et vous retweetez, je vous dis ça oui. (...) Parce que ce compte parodique a été fondé au moment où l’extrême droite a décidé de faire de moi une cible dans le débat politique et qu’en fait c’est un signal que vous envoyez, à partir du moment où Sardine Ruisseau fait un tweet, alors, il y a des hordes de comptes - d’ailleurs plus ou moins factices - (...) qui lancent ce qu’on appelle des raids. Donc oui, c’est un cyber-harcèlement », répond la députée EELV (à écouter dans la vidéo plus bas).

« Et c’est grave que l’on en soit là après les épisodes par exemple de Ségolène Royal dans la présidentielle, qui elle-même avait été extrêmement moquée et dont on s’était dit juste après ’plus jamais on le refait’. Et puis on l’avait refait pour Eva Joly, et aujourd’hui on le refait sur moi. Je dis juste : ’il faut qu’on évolue là les amis’... », poursuit Sandrine Rousseau.

« On peut très bien rire sans être humiliant »

« Il y a des limites à la caricature ? », lui demande ensuite Yann Barthès.

« Oui car là, c’est très humiliant en fait pour les personnes discriminées dans la société, et d’ailleurs, ça dit quelque chose (...) : on veut maintenir cette hiérarchie sociale, parce que cette hiérarchie sociale, elle est importante pour réaliser le profit, la croissance etc », lui rétorque Sandrine Rousseau.

« Et peut-être maintenir aussi l’humour, et la liberté d’expression », tente alors Yann Barthès.

« On peut très bien rire sans être humiliant, et on peut très bien rire sans susciter derrière des raids d’autres personnes », répond-elle.

À noter que dans un tweet publié le 24 août, le compte Twitter « Sardine Ruisseau » se présente comme « parodique ».

À voir également sur Le HuffPost : À l’Assemblée, Sandrine Rousseau cite Bernie Sanders pour s’opposer au texte sur le pouvoir d’achat

Lire aussi :

Barbecue et « virilité » : Roussel s’oppose (encore) à Rousseau

Sandrine Rousseau attaquée en justice par les chasseurs

VIDÉO - Sandrine Rousseau : "Emmanuel Macron est une escroquerie sur la question climatique"