A Sarcelles, Macron poursuit sa guerre d'image et sa charge contre Le Pen

Emmanuel Macron est ce jeudi en déplacement à Sarcelles, dans le Val-d'Oise. Une visite symbolique pour le candidat, qui s'est jusqu'ici peu déplacé dans les quartiers populaires. Et un nouvel épisode dans la guerre d'image qui l'oppose à Marine Le Pen.

Marine Le Pen sur un bateau en Méditerranée, Emmanuel Macron sur un terrain de foot de Sarcelles. Depuis leur déplacement à l'usine Whirlpool d'Amiens, qui a pris des airs de match de boxe mercredi, les deux candidats poursuivent leur guerre d'image à distance. Ce jeudi après-midi, le candidat d'En Marche! a choisi de se rendre dans la ville du Val d'Oise pour une visite sur le thème du sport et de la jeunesse, où il a poursuivi sa charge contre Marine Le Pen.

Sur le terrain, après une visite au commissariat de la ville, Emmanuel Macron en a profité pour rappeler ses propositions pour les quartiers populaires: une prime de 15.000 euros sur 3 ans aux employeurs embauchant en CDI des jeunes issus de ces quartiers, plus de moyens alloués à l'école primaire en divisant notamment le nombre d'élèves dans 12.000 classes de CP et de CE1, mais aussi l'embauche de 10.000 policiers et gendarmes pour lutter contre l'insécurité.

"La France, ce n'est pas la haine de l'autre"

"C’est une ville pleine de défis, de fractures, c’est une ville qui arrive à tenir tout cela, c’est une formidable leçon de ce que dit la France", a déclaré Emmanuel Macron à propos de Sarcelles. "Je ne suis pas obsédé par Madame Le Pen", s'est-il ensuite défendu, au moment où son adversaire s'invitait précisément dans son discours.

"Moi je veux une France réconciliée, une France unie. La France, ce n’est pas la haine...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages