Sarah Harding (Girls Aloud) condamnée à 39 ans ? Elle garde espoir après des bonnes nouvelles

·1 min de lecture

Sarah Harding continue de se battre. A 39 ans, l'ex-membre du girls band anglais Girls Aloud, auteur de plusieurs tubes dans les années 2000, n'a pas dit son dernier mot face au cancer du sein qui s'est propagé dans son organisme. Même si son médecin lui a annoncé qu'elle avait vécu son "dernier Noël", son état de santé s'est récemment amélioré, comme elle le confie dans son autobiographie à paraître le 18 mars, Hear Me Out.

"Avant de terminer ce livre, j'aimerais vous annoncer une bonne nouvelle, écrit-elle dans un extrait cité par le Daily Star. L'IRM passée en décembre a révélé que les tumeurs au cerveau et au poumon ont rétréci un peu grâce au traitement, se réjouit-elle. Je ne sais pas exactement ce que cela signifie pour moi, mais au moins cela avance dans la bonne direction. Et désormais, chaque petite victoire semble capitale".

Grâce à cette bonne nouvelle, Sarah Harding a ainsi pu fêter Noël "tranquillement" chez sa maman, où elle a emménagé après avoir appris sa maladie durant l'été. Un terrible choc pour l'artiste, qui a reconnu avoir manqué de vigilance après l'apparition d'une grosseur sur sa poitrine. "Au début, je croyais que c’était juste un kyste. Le problème est que la douleur empirait, raconte-t-elle. Un jour, je me suis réveillée en comprenant que j’avais été dans le déni. Oui, il y a eu un confinement et une pandémie, mais c’était comme si j’avais utilisé ça comme une excuse pour éviter de faire face au fait que quelque chose n’allait pas", regrette l'ex-membre (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Suzanne Lindon : pourquoi elle a décidé de vivre seule à 18 ans
"Joyeuse St-Patrick" : Kate Middleton garde le sourire malgré le scandale
PHOTOS - Nathalie Marquay-Pernaut : de Miss France à chroniqueuse, son évolution physique
« Il faut réduire les contacts 7 jours sur 7 » : Rémi Salomon appelle à un confinement strict
"Approcher Sarkozy, c'est se balader à hauteur de Tchernobyl" : Jérôme Lavrilleux marqué par l'ancien président