"Sarah Halimi, symbole d’une France abîmée"

·1 min de lecture

Plusieurs citoyens estiment que rendre justice à Sarah Halimi est essentiel pour une République apaisée.

Ce dimanche 25 avril, plus de 20 000 personnes ont manifesté, à Paris et ailleurs, pour réclamer " Justice pour Sarah Halimi ". En effet, le 14 avril, la Cour de cassation a confirmé que le meurtrier de Sarah Halimi était pénalement irresponsable au moment des faits. Il ne sera donc pas jugé…Il faut souligner, dans cette affaire, deux faits rares, contradictoires. L’un est la réaction du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), qui a produit un communiqué de presse le 25 avril (jour de la manifestation) sur le cas " Sarah Halimi " en nous rappelant le rôle du juge : celui-ci a pour mission " d’appliquer la loi et se doit, en matière pénale, de l’interpréter strictement ". Et l’autre, du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, qui a également communiqué sur le fait que le gouvernement présentera d’ici la fin mai, en Conseil des ministres, un projet de loi pour " combler le vide juridique apparu dans l’affaire Sarah Halimi ".Molesse de l'arsenal juridiqueLes décisions de justice ne sont pas proportionnelles aux faits et même, pire, il y a trop souvent des non-lieux en matière de violences racistes, sexistes, homophobes, antisémites… Il faut que les législateurs mettent un terme, non seulement à la " mollesse " de notre arsenal juridique, mais également sortent de leur " torpeur " en vue d’agir plus vigoureusement contre toutes les formes de racisme et de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record