Sarah Halimi et la question de la responsabilité pénale