Sarah Halimi : l’antisémitisme pas écarté

Libération.fr

Il était aux alentours de 4 heures du matin, le 4 avril 2017. Dans le XIe arrondissement parisien, K.T., 27 ans, de confession musulmane, pénètre dans l’appartement de Sarah Halimi, une femme de confession juive, au troisième étage du 26, rue de Vaucouleurs. Pour y accéder, il s’était au préalable introduit dans celui des voisins du dessus. Selon des témoins, il la roue de coups aux cris d’«Allah akbar», s’interrompant pour proférer des insultes et psalmodier des sourates du Coran. Il précipite ensuite le corps de la sexagénaire par-dessus le balcon. Elle meurt dans sa chute.

Le jeune homme était aussi son voisin. Un Français d’origine malienne qui vivait avec sa mère et ses sœurs au deuxième étage de cet immeuble de Belleville. K.T. est interné. Entendu par une juge d’instruction à l’hôpital, il nie farouchement s’en être pris à Sarah Halimi en raison de sa judéité.

Le 12 juillet, le jeune homme est mis en examen pour «homicide volontaire» et pour «séquestration», sans que la circonstance aggravante d’antisémitisme ne soit retenue. Une lourde erreur, pour les associations israélites et la communauté juive. Quelques jours après, lors de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, Emmanuel Macron appelle la justice à faire «toute la clarté sur la mort de Sarah Halimi», «malgré les dénégations du meurtrier». Depuis, une question cruciale restait en suspens. Au moment des faits, K.T. était-il doué de discernement ? Si les experts avaient retenu l’abolition du discernement, les poursuites pénales auraient été abandonnées. Finalement, la justice va pouvoir trancher.

Selon les informations du Figaro, confirmées à Libération par une source judiciaire, K.T. n’était atteint que d’une simple altération du discernement. Un état attesté par le rapport du psychiatre, Daniel Zagury, qui conclut que K.T. était en proie à «une bouffée délirante aiguë, démultipliée par une forte dose de cannabis» au moment du supplice de Sarah Halimi. Ce trouble psychotique, selon l’expert, n’est «pas (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Yaourts Valérie Boyer (LR) s’insurge de la disparition de croix sur les yaourts
Nucléaire Une centrale placée sous surveillance renforcée dans le Cher
Happening pro-animaux à Paris
Michel Lafon, compagnon éperdu de Fabienne Kabou
«Succès» de la manif : pourquoi «Libé» persiste

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages