Sarah El Haïry : « La République n'est pas à la carte »

Propos recueillis par Olivier Pérou
·1 min de lecture
Sarah El Haïry, secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Éducation auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports
Sarah El Haïry, secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Éducation auprès du ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports

C'était pendant les vacances de la Toussaint, le 22 octobre dernier, une semaine après l'assassinat de Samuel Paty. Sarah El Haïry, secrétaire d'État à la Jeunesse et à l'Éducation auprès du ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, s'en va à Poitiers à la rencontre de 130 jeunes. Depuis quatre jours, ils se réunissent sous l'égide de la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France et débattent autour des religions, un thème choisi un an plus tôt, et préparent des propositions que la ministre est venue recueillir. Le dialogue est difficile, les propos des jeunes sont durs. Selon un article de La Vie, le rendez-vous fut un véritable « dialogue de sourds », mais la réalité semble ailleurs. Comment certains jeunes, encadrés par une association de renom depuis plusieurs jours, en sont venus à des positions radicales ? La ministre veut comprendre et diligente une inspection.

Le Point : Que s'est-il passé à Poitiers ?

Sarah El Haïry : Il est important pour moi de remettre de la clarté, car cette séquence a donné lieu à de nombreux commentaires et je vais être très factuelle. Nous sommes six jours après l'assassinat de Samuel Paty et au lendemain de l'hommage à la Sorbonne. Ce déplacement était prévu de longue date. Je répondais à l'invitation de la Fédération des centres sociaux de France pour débattre et échanger avec 130 jeunes âgés de 15 à 20 ans sur le thème des religions. J'arrive le jeudi et cela fait quatre jours qu'ils [...] Lire la suite