Sarah Abitbol : un an après ses accusations, elle continue de se battre

·1 min de lecture

Fin 2019, Sarah Abitbol brisait le silence et expliquait avoir été victime d'agressions sexuelles. Si sa parole a permis d'en libérer d'autres, aujourd'hui, la patineuse est face à un mur et doit plus que jamais se battre pour trouver sa place. Ce mercredi 16 décembre, la journaliste Virginie Philpin est revenue sur Europe 1 sur les nombreuses sportives à s'être confiées sur des gestes déplacés ou diverses agressions. Sur la station, elle a même expliqué que Sarah Abitbol faisait peur et était cour-circuitée par d'anciens collègues.

"Seule face à tous ces ronds de cuir de la fédération des sports de glace qui n’ont pas supporté qu’elle brise le silence. Certains ne lui pardonnent pas d’avoir parlé en place publique des agressions sexuelles dont elle a été victime quand elle était patineuse," a raconté Virginie Philpin. Et de révéler : "Ils n’hésitent pas à passer quelques petits coups de fil mal intentionnés pour qu’elle ne puisse participer à aucun gala en France". En effet, si Sarah Abitbol vit aux Etats-Unis, son rêve serait d'entraîner en France. "On lui brise encore un rêve," a-t-elle estimé.

Sarah Abitbol assure qu'aujourd'hui, "la honte s'est transformée en fierté", elle ne peut s'empêcher à ces personnes qui lui veulent du mal. "La double peine parce que tout un tas de gens restent fidèles aux principes et aux amitiés de dirigeants aujourd’hui partis mais dont le sombre héritage colle aux patins," a rappelé la journaliste d'Europe 1. Et d'ajouter : "Ils voient Sarah Abitbol (...)

Lire la suite sur le site de GALA

La maire du XIIe plante un arbre en talons hauts... et se fait moquer sur Twitter
"Pauvres cons" : Tom Cruise perd ses nerfs en plein tournage
Mort de Caroline Cellier : qui est son fils Nicolas Poiret ?
VIDEO - Mort de Caroline Cellier : "C'était une personne d'une très grande élégance morale"
Gabriel Attal piégé par Jean-Jacques Bourdin sur le prix de l'amende pendant le couvre-feu