Sara Khadem, meilleure joueuse d’échecs iranienne, concourt sans voile à son tour

PHOTO PAVEL MIKHEYEV/REUTERS

Elle est “la dernière de plusieurs sportives iraniennes à apparaître dans une compétition sans couvre-chef depuis le début des manifestations antigouvernementales en Iran”, peut-on lire dans le journal britannique The Independent, qui relaie des informations du quotidien réformateur iranien Etemaad et du site sportif iranien Khabarvarzeshi.

Sara Khadem, de son nom complet Sarasadat Khademalsharieh, 25 ans, est la seule joueuse d’échecs représentant son pays à participer au championnat du monde d’échecs rapides et blitz qui a débuté le 25 décembre et doit s’achever le 30 décembre à Almaty, au Kazakhstan.

Maître internationale, le plus haut titre pour les femmes dans le monde des échecs, depuis 2015, Sara Khadem est aujourd’hui la meilleure joueuse iranienne, et fait partie des 20 meilleures joueuses du monde.

Dans un autre article, The Independent cite également Atousa Pourkashiyan, qui s’est présentée sans voile lors de ce tournoi. Elle a certes remporté six fois le championnat féminin d’Iran, mais aujourd’hui, elle concourt pour le compte des États-Unis.

Archère, grimpeuse…

Depuis la mort, le 16 septembre dernier, de Mahsa Amini, une jeune kurde iranienne arrêtée par la police des mœurs pour infraction au code vestimentaire de la République islamique, qui a déclenché une importante vague de contestation contre le régime en place à Téhéran, plusieurs sportives iraniennes représentant le pays à l’étranger sont apparues en compétition internationale sans hidjab.

Le mois dernier, une archère iranienne, Parmida Ghassemi, est apparue sur le podium lors d’une cérémonie de remise de prix à Téhéran sans son voile. Par la suite, elle a expliqué qu’elle ne s’était pas rendu compte que son foulard avait glissé.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

En octobre, c’est la grimpeuse iranienne Elnaz Rekabi qui a participé aux championnats d’Asie d’escalade sans hidjab. Elle dira par la suite qu’elle avait concouru sans son voile “par inadvertance”.

Des excuses perçues par les opposants au régime comme des déclarations téléguidées.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :