Santé publique : la bureaucratie pointée du doigt

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, l'administration française, notamment de la Santé publique, est vivement critiquée. Elle est accusée, par exemple, d'avoir mal géré l'approvisionnement en masques ou encore de produire des attestations incompréhensibles. Vincent Jeanbrun, maire (Libres !) de L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) en a fait les frais alors qu'il proposait d'offrir des doses de vaccin lui étant restées sur les bras, à la commune voisine. "L'ARS nous est tombée dessus en nous disant qu'ils avaient des quotas (...) Si vous commencez à mélanger vos doses, c'est plus possible", explique-t-il, dimanche 4 avril. Un constat partagé à l'Élysée "Nous sommes trop lents, nous sommes trop complexes, nous sommes trop engoncés dans nos propres bureaucraties", déclarait Emmanuel Macron, le 25 mars dernier. Le président de la République avait fait de la simplification une promesse de campagne. Une rencontre avec les hauts fonctionnaires sur ce thème devrait se tenir prochainement. La crise sanitaire aura remis sur le bureau du président, le projet de réforme de l'État.Parmi nos sources :Schéma des administrations de santé fourni par Thierry Mandon