Santé : pourquoi la rougeole est si redoutée

Aurélie Rossignol
En dix ans, l’agence Santé publique a comptabilisé 24 morts en France. Et cette année, « 90 % des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés »

L’agence sanitaire Santé publique France a annoncé cette semaine un premier décès dû à la rougeole en France. Aucun traitement n’existe à ce jour.


C’est le seul de l’année en France, mais il fait déjà très peur. Le premier décès dû à la rougeole annoncé mercredi par l’agence sanitaire Santé publique France a réveillé les angoisses de nombreux parents, et pas seulement. Le Parisien revient sur les véritables dangers de cette infection virale.

Une maladie rarement mortelle mais dangereuse

En 2018, trois personnes sont décédées de la rougeole en France. En dix ans, l’agence Santé publique compte en outre 24 morts liées à cette maladie. Autrement dit, un ratio assez faible compte tenu le taux de contagion très élevé. En effet, une personne atteinte peut contaminer 15 à 20 personnes en très peu de temps. Et selon le dernier bulletin hebdomadaire, 350 cas de rougeole ont été déclarés depuis le début de l’année (966 cas sur la même période en 2018).Et si la mort est statistiquement rare, les symptômes peuvent être violents et très handicapants. La rougeole cause en effet des complications graves, de la grande fatigue à la pneumonie, la perte de vision et l’encéphalite (inflammation du cerveau ou du cervelet). 29 % des cas de 2019 ont d’ailleurs fini hospitalisés, dont 5 en réanimation.

LIRE AUSSI > Vaccination, dangerosité, transmission… la rougeole en cinq questions

Un virus sans traitement

Une fois la maladie « attrapée », il n’existe aucun traitement particulier pour la soigner. Les antibiotiques sont inutiles, comme contre n’importe quel virus. Ils peuvent néanmoins servir pour une surinfection bactérienne des oreilles ou des poumons. Seuls des traitements pour certains symptômes sont possibles, tel du paracétamol ou de l’ibuprofène pour soulager la fièvre.

Un mal très contagieux

Contrairement à d’autres infections, se laver régulièrement les mains ne suffit pas à se protéger car la transmission se fait essentiellement par voie aérienne. Le virus s’« attrape » soit (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Une mère lesbienne refoulée à la porte des urgences : «Ça m’a scié les jambes»
Naufrage du «Grande America» : peut-on vraiment se prémunir d’une marée noire ?
Pollution du «Grande America» : pourquoi ce n’est pas comparable à l’«Erika»
Panne mondiale de Facebook : la piste d’un bug des serveurs confirmée
Parcoursup : les lycéens n’ont plus que quelques heures pour s’inscrire