Santé Globale : éviter la prochaine pandémie, s'adapter au réchauffement

Sciences et Avenir

La première rencontre de l'événement Santé Globale organisé par Sciences et Avenir - La Recherche avec la région Grand-Est a été l'occasion de préciser les idées et actions que recouvrent le concept de "One Health".

C'est l'un des nouveaux défis de la médecine de demain : intégrer à notre compréhension de la santé humaine notre rapport à l'environnement. Déforestation, urbanisation, déplacement des espèces sauvages, dégradation des écosystèmes, santé des élevages et, de plus en plus, réchauffement climatique... Réussir à appréhender ces multiples facteurs environnementaux interconnectés dans l'amélioration des soins, c'est cela que recouvre le concept de "One Health" ou, en bon Français, "Une seule santé".

A portée des oreilles attentives du président de la Région Grand Est, Jean Rottner, hôte de la journée-événement Santé Globale co-organisée par Sciences et Avenir - La Recherche, quatre experts sont venus tracer les perspectives de la santé de demain.

Les participants à cette table ronde :

- Jean Rottner, Président de la Région Grand Est.
- Benjamin Roche, Directeur de recherche, co-directeur du programme international PREZODE de prévention des maladies zoonotiques à Institut de recherche et de développement (IRD).
- Frédéric Keck, Directeur de recherche au sein du Laboratoire d'anthropologie sociale, CNRS-Collège de France-EHESS.
- Benoît Miribel, Secrétaire général de la Fondation « Une Santé Durable pour Tous ».
- Mathilde Pascal, Chargée de projet changement climatique et santé, Santé Publique France.
- Vanina Laurent-Ledru, Directrice générale, Foundation S – The Sanofi Collective. Agiter, innover, orchestrer la santé (populations vulnérables)

"Il faut faire atterrir le concept de santé globale, qui est resté jusqu'ici un peu planant", attaque Benjamin Roche. De fait, une fois qu'on a dit que toutes les santés (environnementale, animale et humaine) sont liées, on n'a pas beaucoup avancé. Le chercheur à l'IRD, lui, est engagé dans un programme international ambitieux, PREZODE, visant à mettre en place un système de surveillance et donc de prévention des virus émergents. "Nous avons aujourd'hui quatre fois plus d'épidémies à travers le monde qu'au siècle dernier", rappell[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi