Santé : «Il faut attribuer le délitement de l'hôpital à tous nos politiques»

·1 min de lecture

Fermetures de lits, manque de soignants... Ce n'est pas une nouveauté, l'hôpital souffre. Alors que certains accusent les non-vaccinés contre le Covid-19 d'engorger les services hospitaliers, le professeur Michaël Peyromaure, chef du service d'urologie de l'hôpital Cochin à Paris invité sur Europe Matin mardi, a estimé qu'ils ne sont pas responsables des malheurs de l'hôpital.

"Rien de fait pour sauver cette institution"

"L'hôpital est très abîmé et ne remplit plus sa mission [...] Il s'est beaucoup dégradé ces dernières années", a assuré l'auteur de Hôpital, ce qu’on ne vous a jamais dit aux éditions Albin Michel. En pleine cinquième vague d'épidémie de coronavirus, il a également appelé à ne pas faire porter le chapeau de la saturation des hôpitaux aux personnes non-vaccinées.

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h13 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

"Je crois qu'en France il y a assez peu de non-vaccinés. Il faut rappeler que 90% des adultes sont vaccinés donc majoritairement les Français ont été responsables. Donc je crois qu'il faut attribuer le délitement de l'hôpital à tous nos politiques et à tous nos gouvernants successifs, de droite et de gauche, qui n'ont rien fait pour sauver cette institution", a-t-il jugé. 

"La mise à l'écart de notre mission de soin"

Un diagnostic "lucide" d'après Michaël Peyromaure, qui dit-il, est partagé par bon nombre de ses confrères. "Toutes les mesures qui ont été prises ces dernières années pour l'hôpital, et ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles