Santé : ce goût alcool qui inquiète

Le mojito, star des boissons festives, représente aujourd'hui 80% des cocktails vendus dans les bars. Une notoriété sur laquelle les industriels ont choisi de surfer : ils ont créé un goût mojito sans alcool. Un vrai succès, étendu ensuite à d'autres parfums. Problème : ces produits évoquent l'alcool sans en être et s'adressent désormais ouvertement aux enfants. Un risque que plusieurs médecins spécialisées dans l'addictologie dénoncent avec la plus grande fermeté. L'alcool fait 50 000 victimes par an en France "On peut tout à fait imaginer qu'on s'habitue, ce n'est pas prouvé, mais c'est très probable, au goût de ces produits quand on les a consommés. Donc on va être de plus en plus enclin à continuer de les consommer", s'indigne le professeur Michel Lejoyeux, chef du service de psychiatrie et d'addictologie à l'hôpital Bichat - APHP. La loi n'interdit pas la vente de ces produits, mais les médecins soulignent que cette banalisation de l'alcool auprès des plus jeunes représente un vrai danger. L'alcool qui tue chaque année 50 000 personnes en France.