Santé. Des États américains veulent fermer les cliniques d’avortement pendant la pandémie

Courrier international (Paris)
1 / 2

Santé. Des États américains veulent fermer les cliniques d’avortement pendant la pandémie

Invoquant la “grave pénurie d’équipements”, l’Ohio, le Texas et le Mississippi considèrent que cette procédure n’est pas “médicalement essentielle” et doit être reportée.

Dans certains États américains, tous les prétextes semblent bons pour limiter le droit à l’avortement. Selon Politico, la pandémie de Covid-19 creuse en effet “le fossé entre les États démocrates et républicains en matière d’accès à l’avortement”, en suscitant un débat sur la question de savoir “si cette procédure est médicalement essentielle”.

Les gouverneurs républicains de l’Ohio, du Texas et du Mississippi ont ainsi “invoqué la grave pénurie d’équipements médicaux pour tenter de fermer des cliniques d’avortement”, rapporte le site d’information politique.

Dans le même temps, dans les États démocrates comme New York, Washington et le New Jersey, les gouverneurs considèrent que les cliniques d’avortement et de planning familial “sont un service essentiel qui peut continuer à fonctionner pendant la pandémie”, ajoute Politico.

Même temporaires, les mesures prises dans l’Ohio, le Texas et le Mississippi s’inscrivent dans le contexte d’une vague de nouvelles lois sur l’avortement adoptées par les États conservateurs ces dernières années, “qui interdisent virtuellement cette procédure”, et d’une campagne plus large “visant à convaincre la Cour suprême de réévaluer le droit à l’avortement”.

Le Mississippi prêt à sévir contre sa seule clinique

Dans l’Ohio, les autorités sanitaires ont donné l’ordre aux cliniques d’(...)

Retrouvez cet article sur Courrier international

Ce contenu peut également vous intéresser :


À lire aussi :
Réseaux sociaux. Les incels russes en guerre contre le féminisme et le “vaginocapitalisme”
Contrepoint. Coronavirus : faut-il vraiment arrêter l’économie pour sauver des vies ?
Féminisme. L’héritage féministe du rouge à lèvres
Société. L’Argentine se remet en marche vers le droit à l’avortement