« De sang-froid » : le chef-d’œuvre précurseur du genre « true crime »

·1 min de lecture
Robert Blake et Scott Wilson dans « De sang-froid », de Richard Brooks (1967).
Robert Blake et Scott Wilson dans « De sang-froid », de Richard Brooks (1967).

Depuis une vingtaine d'années, le genre du true crime ? récit criminel basé sur des faits réels ? remporte un succès constant auprès du public. Que ce soit en librairie (L'Inconnu de la poste, le remarquable ouvrage de Florence Aubenas paru en février aux éditions de l'Olivier), à la télévision (Faites entrer l'accusé) ou sur les plateformes de streaming comme Netflix (L'Affaire Watts, chronique d'une tuerie familiale ; Le Traqueur de la nuit?), sans oublier de nombreux podcasts, cette tendance n'est plus réservée qu'aux seuls abonnés du Nouveau Détective. À l'origine de ce phénomène, un roman mythique qui a été le pionnier du true crime dès 1966 : De sang-froid (In Cold Blood) de Truman Capote, qui fut adapté au cinéma un an plus tard par Richard Brooks. Présenté dans un nouveau master restauré en 4K, ce long-métrage vient d'ailleurs de paraître en vidéo dans un faramineux coffret Blu-ray/DVD chez Wild Side. Un livre et un film d'une tout autre tenue que certaines docufictions au ton racoleur.

Dans son livre, Capote dissèque un fait divers crapuleux qui a défrayé la chronique et choqué l'Amérique en son temps : la nuit du 15 novembre 1959, deux anciens repris de justice, Perry Smith et Richard Hickock, âgés de 31 et 28 ans, entrent par effraction dans la ferme isolée d'une paisible famille d'agriculteurs résidant à Holcomb, une petite communauté rurale du Kansas. Réveillés par la lumière aveuglante des lampes torches, Herbert Clutter, son épouse Bonnie et [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles