Sandrine Rousseau, "bourgeoise et blanche", affole Twitter

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sandrine Rousseau photographiée le soir de sa défaite à la primaire écolo (illustration) (Photo: Associated Press)
Sandrine Rousseau photographiée le soir de sa défaite à la primaire écolo (illustration) (Photo: Associated Press)

POLITIQUE - “Je suis en effet bourgeoise et blanche. Et cela me permet d’avoir des privilèges”. Deux phrases séparées en deux tweets, publiés par Sandrine Rousseau vendredi, n’en finissent pas de susciter des réactions ce samedi 6 novembre.

En cause, la mise en exergue de la notion controversée de “white privilege” par cette adepte de la radicalité politique. Un concept forgé aux Etats-Unis qui établit qu’une personne blanche vivant dans une société occidentale aura plus de facilités dans la vie qu’une personne dite “racisée”.

Un discours politique en apparence classique de la part de l’écoféministe, mais qui est en réalité issu d’un débat tendu avec l’essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat au sujet de la campagne du conseil de l’Europe sur le hijab (retirée sous la pression de la France).

Sur LCP, l’enseignante a invité Sandrine Rousseau à “déconstruire [ses] privilèges de bourgeoises blanches” et à se “rendre compte qu’il existe des sociétés non-blanches où le patriarcat existe”. Alors que la vidéo de cette séquence circulait abondamment sur les réseaux sociaux, l’écoféministe a admis “en effet” être “bourgeoise et blanche”.

Sans surprise, le tweet a été ciblé par ses adversaires politiques (dont Éric Zemmour ou le député LREM Jean-Baptiste Moreau) ou par des personnalités ne partageant pas ses orientations “intersectionnelles”, à l’image de l’humoriste Sophia Aram.

Mais plus que les réactions politiques, ce sont les réactions des internautes qui ont offert au tweet de Sandrine Rousseau une très grande visibilité, avec plus de 2000 citations. La raison? Cette déclaration est devenue un mème Internet, décliné à foison façon concours de blagues.

Et voici donc ce que ça donne:

À voir également sur Le HuffPost: Sandrine Rousseau aura mis trois jours à soutenir Yannick Jadot

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles