Sandra Muller, initiatrice du hashtag "balance ton porc", blanchie en appel des accusations de diffamation

·1 min de lecture

Ce mercredi 31 mars, Sandra Muller, la journaliste qui avait initié le hashtag #balancetonporc en accusant son confrère Eric Brion de harcèlement sexuel au travail, a été relaxée en appel des accusations de "diffamation" formulées par ce dernier.

Ce mercredi, la journaliste et initiatrice du mouvement #balancetonporc Sandra Muller a été relaxée en appel de la plainte en diffamation déposée par Eric Brion, qu'elle avait accusé en 2017 sur Twitter de harcèlement sexuel au travail, dans un tweet qui deviendra le premier d'une longue série de dénonciations formulées sous le hashtag #balancetonporc. En première instance, en septembre 2019, la journaliste de La lettre de l'audiovisuel avait été condamnée à payer 15 000 euros de dommages et intérêts à Eric Brion pour "diffamation"." C'est évidemment un immense soulagement pour Sandra Muller et pour nous après un combat judiciaire long et difficile ", a confié l'avocate de la journaliste, Me Jade Dousselon à l'AFP.L'avocate a salué une décision " courageuse et historique ". " La cour d'appel dit aux victimes, à toutes celles qui ont parlé, à toutes celles qui ont dit la vérité : "celles-là, la justice ne les condamnera pas" ", a ajouté Me Dousselin.Sur Twitter, Sandra Muller salue cette décision : " Je me réjouis de la décision de la cour d’Appel de ce jour qui a débouté Eric Brion de l’ensemble de ses demandes. J’ai porté un sujet d’intérêt général sur une base factuelle suffisante pour reconnaître ma bonne foi. Cette...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République