Les sanctions pèsent lourdement sur l'économie russe, selon une étude de l'université de Yale

L'impact des sanctions occidentales sur l'économie russe est bien plus important que ce que montrent les chiffres officiels. Ce sont les conclusions d'une étude menée par l'université de Yale, aux États-Unis.

Les auteurs de cette étude assument vouloir démonter un certain discours en vogue. Celui qui décrit une Russie prospère face à des nations occidentales davantage accablées par la « guerre d'usure économique » initiée par leurs sanctions. Cette guerre des récits prospère sur l'absence de données fiables concernant l'état de l'économie russe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

► À lire aussi : Russie: Vladimir Poutine admet que l'économie russe est affectée par les sanctions

Le tableau dressé par l’étude de l’université de Yale est sombre : « Malgré les illusions d'autosuffisance et de substitution des importations [...], la production intérieure russe s'est complètement arrêtée et n'a pas la capacité de remplacer les entreprises, les produits et les talents perdus. » Les entreprises qui ont quitté le pays « représentent environ 40% de son PIB, annulant la quasi-totalité des trois décennies d'investissements étrangers », avancent-ils également.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles