Sanctions contre la Corée du Nord : veto de Pékin et Moscou à l’ONU

La Chine et la Russie ont apposé leur veto ce mercredi (illustration).
La Chine et la Russie ont apposé leur veto ce mercredi (illustration).

La Chine et la Russie ont sans surprise mis jeudi leur veto au Conseil de sécurité de l'ONU à une résolution des États-Unis imposant de nouvelles sanctions à la Corée du Nord afin de sanctionner ses tirs de missiles balistiques. Les 13 autres membres du Conseil ont de leur côté voté en faveur du texte, qui prévoyait une réduction des importations de pétrole brut et raffiné par Pyongyang. En coulisses, plusieurs alliés de Washington ont déploré son insistance à organiser un vote en sachant que la Chine et la Russie y apposeraient leur veto. Pour les Américains, « c'était pire de ne rien faire » et de « laisser se continuer les essais » nord-coréens « sans réaction », « pire que le scénario de deux pays bloquant la résolution », explique un ambassadeur sous le couvert de l'anonymat.

Les tirs de missiles balistiques, y compris intercontinentaux, sont « une menace pour la paix et la sécurité pour l'ensemble de la communauté internationale », avait souligné avant le vote l'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield. L'ambassadeur de la Chine à l'ONU, Zhang Jun, a estimé après le vote que la démarche américaine « éloignait le Conseil du dialogue et de la conciliation ». Avant le scrutin, il avait souligné que son pays « ne pensait pas que de nouvelles sanctions aideraient à répondre à la situation actuelle ».

La Chine demande à Washington de « reprendre un dialogue avec la Corée du Nord »

Une résolution coercitive de l'ONU « ne ferait qu'empirer la si [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles