Samuel Paty: pris dans une polémique sur les caricatures, Alexis Corbière reprécise ses propos

·3 min de lecture
Alexis Corbière, député LFI, était l'invité de BFMTV ce dimanche soir - BFMTV
Alexis Corbière, député LFI, était l'invité de BFMTV ce dimanche soir - BFMTV

Sa phrase a enflammé certains politiques et suscité une véritable polémique sur les réseaux sociaux. En ce week-end marqué par les hommages en mémoire de Samuel Paty, cet enseignant assassiné en le 16 octobre 2020 dans le Val-d'Oise par un terroriste islamiste, Alexis Corbière s'est questionné, chez nos confrères de LCP, sur la pertinence de montrer certains dessins à des adolescents.

Invité sur notre antenne ce dimanche soir, le député de la France insoumise a tenu à "repréciser" son propos, en particulier au sujet du professeur tué il y a un an: "Samuel Paty, son cours était irréprochable, c'était un bon enseignant. La polémique est née d'une jeune fille qui n'avait pas assisté à son cours et qui a menti à son père, et qui a fait croire qu'il y avait un problème", a posé l'élu dans un premier temps.

"Je n'ai jamais prononcé, je ne prononcerai jamais le mot de 'critique' à l’égard de Samuel Paty. Je suis moi-même enseignant, prof en lycée professionnel depuis 25 ans", a-t-il justifié ensuite.

"Un outil pédagogique doit être adapté à un enfant"

Sur le plateau de LCP, le député avait en effet questionné l'intérêt de certains outils pédagogiques selon l'âge des élèves. "J'ai 53 ans. À mon époque, Charlie Hebdo était un journal réservé aux adultes. Est-ce qu'il y a des dessins là-dedans qui ne sont pas faits pour des adolescents? Ce n'est pas pour autant que j’empêche la critique des religions. Un outil pédagogique doit être adapté à un enfant. Vous ne parlez pas de certaines choses à un enfant de 10 ans, comme un collégien ou comme un lycéen", avait-il alors expliqué.

Sur notre plateau, Alexis Corbière a détaillé: "En classe, un document pédagogique doit toujours être adapté à l’âge d’un élève. Il y a des choses qu'on montre, qu'on ne montre pas pour faire comprendre, pour créer de l'éducation. Il y en a qui disent qu'il faudrait montrer tous les dessins de Charlie Hebdo, je dis que ça dépend de l'âge, c'est tout ce que je dis". "Un enfant de dix ans, on ne lui parle pas de religion comme un enfant de 15, de 17, de 18 ans, ça s'appelle être prof", a-t-il ajouté.

"Une controverse" venue du "Parti socialiste"

Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie décapité dans la rue par un réfugié russe d'origine tchétchène radicalisé, était "un excellent prof", a martelé l'élu. "Quand un élève avait un propos problématique, il arrêtait pour avoir la discussion avec l'élève devant tout le monde et le faire progresser."

Sur la polémique de ce week-end, Alexis Corbière a dénoncé une "controverse née du Parti socialiste à la ramasse, pour nous salir". "Olivier Faure (secrétaire national du parti, NDLR) a sous-entendu que je justifierais le crime de Samuel Paty (...) c'est scandaleux", a-t-il fustigé.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles