Samuel Etienne accusé de sexisme : sa blague sur les streameuses ne passe pas

·1 min de lecture

Première personnalité de la télévision à avoir réussi à se faire une place sur Twitch, Samuel Etienne a compris les codes de cette plateforme de diffusion en live. Peut-être un peu trop, à voir son tweet – vite supprimé – du 27 mars dernier. Depuis plusieurs mois, les femmes qui font des streams sur Twitch dénoncent le comportement odieux des spectateurs : dans le chat en direct, les insultes et les attaques sexistes apparaissent très régulièrement. Margaux de Frouville, qui s’était essayée à Twitch pour BFM TV, avait notamment reçu des centaines de messages écœurants pendant son premier direct. Chez les misogynes qui rôdent sur la plateforme, il y aurait d’un côté celles qui seraient moins douées ou pertinentes que les hommes, et celles qui seraient là pour « exploiter la misère sexuelle » des spectateurs en s’affichant en tenue légère. Et c’est à ces dernières que Satario, un abonné de Samuel Etienne, a fait référence dans un tweet. « Je vois qu'on est bien entouré », a-t-il écrit au journaliste, avec une capture d’écran montrant sa chaîne s’affichant entre deux lives de streameuses en tenue légère. A priori amusé, Samuel Etienne lui a répondu.

Vivement critiqué pour ses lives avec des personnalités politiques, Samuel Etienne a saisi l’occasion pour fait un parallèle : « Et après on me dit que je pollue Twitch avec de la politique… », a-t-il ironisé. Accusant indirectement les streameuses en tenues plus ou moins sexy de « polluer » Twitch, le journaliste est entré de plein pied (...)

Lire la suite sur le site de Voici

"Elle reste très fragile" : le fils de Roselyne Bachelot donne des nouvelles de sa mère, hospitalisée pour la Covid-19
PHOTO Rachel Legrain-Trapani : Valentin Léonard dévoile un cliché bouleversant de son accouchement
PHOTOS Madonna pose presque nue et envoûte les internautes
Isabelle Camus endeuillée : l'ex femme de Yannick Noah pleure la perte d'un ami
Marie Portolano amoureuse : elle revient sur sa rencontre avec Grégoire Ludig