Comment Samuel Le Bihan s'est inspiré de sa propre vie pour un téléfilm sur l'autisme

·1 min de lecture

Était-ce un rôle taillé pour lui ? Dans T'en fais pas, j'suis là (dont Europe 1 est partenaire), Samuel Le Bihan incarne le père de Gabriel, 12 ans, atteint d'une forme lourde d'autisme, qui doit tout d'un coup assumer la charge de cet enfant sans le vouloir. L'acteur, lui-même papa d'une petite Angia porteuse d'autisme, raconte sur Europe 1 l'ambition de ce téléfilm diffusé sur France 2, lundi, à 21h05.

Des différences avec son histoire personnelle

"J'étais attiré par le fait de jouer un père qui devient un homme en assumant sa charge de père", témoigne Samuel Le Bihan au micro de Philippe Vandel dans Culture Médias. Au-delà de s'occuper d'un enfant qui est plus fragilisé que les autres, il va découvrir un monde. "C'est quelqu'un qui fuit l'amour, qui fuit la tendresse et qui ne valorise que les éléments extérieurs de réussite. On se rend compte qu'il est complètement hermétique à l'amour. Il est handicapé des sentiments et c'est cet enfant qui va l'amener à ouvrir doucement son cœur, malgré lui. Et c'est cette aventure que je voulais raconter."

>> Retrouvez Culture Médias en replay et en podcast ici

Cette histoire est inspirée "de loin" de l'histoire personnelle de l'acteur, raconte celui qui a décrit son expérience dans Un bonheur que je ne souhaite à personne (éditions Flammarion, 2018). Dans la fiction, l'enfant du film n'est pas une petite fille, mais un petit garçon. Le papa n'est pas comédien, mais avocat.

"Deux, trois avis" pour le rôle de l'enfant

Le point commu...


Lire la suite sur Europe1