Sam Davies : « Je dois finir la course à une allure réduite »

© DR

Bonjour à tous les lecteurs de Paris Match,

Fin de semaine dernière, dans les Alizés, j’ai pu lancer mon Initiatives-Cœur à pleine vitesse, enfin ! Et quel plaisir de voir le potentiel de mon bateau quand il va vite ! Il faut s’habituer, et je sais très bien que je n’ai pas tous les bons réglages car je n’ai pas pu m’entraîner avant cette course. Mais c’est trop cool! En plus on avait un super Alizé, bien établi sur plusieurs jours, jusqu’à l’arrivée - et j’avais besoin de ça pour expérimenter mes réglages, m’habituer à la vitesse, et bien tester mon bateau au portant (vent de dos).

Puis samedi, en faisant mon petit tour de vérification sur le bateau, j’ai vu qu’il y avait un souci technique avec le système de quille. J’ai prévenu mon équipe qui m’a aidée à stabiliser la situation (merci !). On a fait appel à l’architecte du bateau, Sam Manuard, pour être sûr qu’il était en sécurité malgré ce problème. Malheureusement, je n’ai pas les moyens de réparer en mer, donc je dois finir la course comme ça, mais au moins je peux finir. En m’appuyant sur les conseils de mon équipe et des ingénieurs, j’ai choisi de rester à une allure réduite pour soulager le système du mieux possible pour les derniers milles. Je le surveille régulièrement et jusqu’ici ça tient bien.

« J’ai gagné des jours en plus avec lui »

Pour la compétitrice que je suis, c’est frustrant de finir comme ça, mais l’importance est aussi de finir. Cette Route du Rhum est un énorme apprentissage sur mon nouveau bat...


Lire la suite sur ParisMatch