Salvini devant les tribunaux: les juges contre la démocratie?

Imad, Joachim
Matteo Salvini, le 12 février 2020 / FILIPPO MONTEFORTE/AFP

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Anne-Marie le Pourhiet décrit la pression idéologique exercée, au nom des droits fondamentaux, par des militants associatifs et des institutions supranationales. Elle y voit une offensive contre l’État-Nation, portée par un «gouvernement des juges».

Anne-Marie Le Pourhiet est professeur de droit public à l’université Rennes-I et vice-président de l’Association française de droit constitutionnel.

FIGAROVOX.- Le Sénat italien, à la suite d’une demande d’un tribunal de Catane, a décidé de renvoyer en justice Matteo Salvini pour séquestration de migrants, celui-ci ayant bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile lorsqu’il était ministre de l’intérieur. De telles mesures visant à limiter l’immigration clandestine sont pourtant soutenues par une majorité des Italiens. Cette décision révèle-t-elle un retournement du droit contre la volonté générale?

Anne-Marie LE POURHIET: C’est beaucoup dire. S’il s’agissait d’un contentieux administratif tendant à faire admettre la responsabilité de l’État italien pour faute résultant de la violation du droit international humanitaire ou des normes européennes, on pourrait parler de conflit entre la démocratie et le droit. Mais ici, il s’agit de poursuites pénales visant la personne d’un ex-ministre de l’intérieur (et vice-président du Conseil) engagées sur le fondement du Code pénal italien pour «abus de pouvoir et séquestration de personnes», ce qui est pour le moins fantaisiste. C’est d’autant plus étonnant qu’un décret-loi (équivalent des ordonnances françaises) adopté en juin 2019 par le gouvernement Conte avait justement renforcé les pouvoirs du ministre de l’intérieur pour refuser l’entrée des navires de migrants dans les ports italiens. Ce n’est pas la première ni la dernière procédure de ce type engagée par des procureurs siciliens contre Matteo Salvini. Ce qui change c’est qu’à la faveur du renversement de coalition politique opéré l’été dernier, le Sénat a, cette fois, levé l’immunité, (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Affaire Griveaux: «La transparence est devenue incontrôlable»
Affaire Griveaux: «Les réseaux sociaux amplifient la violence et déchaînent les passions»
«À l’hôpital, c’est la victoire des gestionnaires face aux médecins»
Scandale Griveaux: «En France, contrairement aux États-Unis, on mettait des rideaux aux fenêtres!»
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro